Navigation – Plan du site
II. Réglementer l'espace – Regulating Space

A “Dog-eat-dog” World: Qing Jurispractices and the Legal Inscription of Piety in Amdo

Un monde de conflits féroces : pratique judiciaire et réglementation légale de la religion en Amdo sous les Qing
一個狗咬狗的世界:清代安多地區法律實踐与信仰之規範
Max Oidtmann
p. 151-182

Résumés

Les historiens du Tibet ont largement ignoré les conséquences du contexte colonial sur le développement de la société tibétaine sous les Qing. Exploitant des archives jusqu’ici inaccessibles en Tibétain et en Mandchou du Qinghai et du Gansu, cet article examine les influences du gouvernement des Qing sur le développement de la culture juridique de l’Amdo. L’arrivée de magistrats des Qing en Amdo à la fin du xviiie siècle offrit de nouvelles occasions aux justiciables tibétains de régler leurs litiges. Tout d’abord réticents à être impliqués dans ces poursuites judiciaires, les fonctionnaires des Qing se trouvèrent bientôt attirés dans une grande variété d’affaires allant des disputes sur les ressources naturelles entre laïcs tibétains à des affrontements de large échelle entre monastères sur des problèmes tels que la désignation des abbés, les pèlerinage, et les droits sur des biens tant animés qu’inanimés, appartenant aux domaines de lamas réincarnés. Cet ensemble de litiges ne donna pas seulement naissance à un code « tibétain » dérivé des lois mongoles et d’autres pratiques indigènes, mais produisit un vaste corpus de décisions et d’accords, rédigé tant en tibétain qu’en chinois, qui structura en profondeur la société indigène de l’Amdo. Ces nouvelles traditions de « pratiques judiciaires » (jurispractices) modifièrent profondément les structures politiques et religieuses de la société locale et aboutirent à des restrictions légales et à une réglementation des activités religieuses.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Xunhua Subprefecture as a Qing-Centered Pluralistic Legal Order
Colonial Legal Culture in Xunhua Subprefecture
The Growth of Monastic Confederations in Xunhua
The White Slope Accord of 1889: Qing Frontier Jurispractices in Action
The Final Settlement
Conclusion

Aperçu du début du texte

During the final quarter of the 19th century, Qing magistrates stationed in the borderlands of Gansu province handled what appeared to be a growing and increasingly troublesome load of cases involving “Fan.” The archives of the Xunhua subprefect (tongzhi), which are extant for the years 1872-1911, reveal that in the spring and summer months when the magistrate was in residence at the yamen—he spent the rest of the year in Lanzhou or Hezhou—he often handled dozens of matters involving Tibetans on a weekly basis. On one extraordinary August day in 1889, for instance, the register of the day’s business lists 68 separate affairs, the majority of which were feuds and criminal cases involving Tibetans from both his jurisdiction and neighboring subprefectures.

Although the Qing court had sanctioned the use of “Fan statutes” (Fan li) since the 1730s and Tibetans themselves regularly sought out Qing legal forums to resolve local conflicts, these cases were anything but routine. Qing magistrat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Oidtmann, « A “Dog-eat-dog” World: Qing Jurispractices and the Legal Inscription of Piety in Amdo », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 30 avril 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/620

Haut de page

Auteur

Max Oidtmann

Assistant professor at School Georgetown University School of Foreign Service in Qatar. Max Oidtmann received his PhD from Harvard University in History and East Asian Languages in early 2014, and is a historian of Late Imperial China (1368-1912) and Inner Asia. He also is interested in modern China and the affairs of minority ethnicities in the People’s Republic of China. His current research is on the legal culture of Tibet during the Qing dynasty. At Georgetown, he teaches Asian history, as well as specialized courses on the history of China, Islam and Muslims in East Asia, Tibet, and comparative studies of empire and colonialism. He works with historical materials in Chinese, Tibetan, Uyghur, Manchu and Japanese languages.
Professeur assistant à la Georgetown University School of Foreign Service in Qatar. Docteur de l’Université Harvard en histoire et langues de l’Asie orientale (2014). Historien de la Chine impériale tardive (1368-1912) et de l’Asie centrale. Il s’intéresse également à la Chine moderne et à la question des minorités ethniques en République populaire de Chine. Ses travaux actuels portent sur la culture juridique du Tibet à l’époque des Qing. À Georgetown, il enseigne l’histoire de l’Asie, et dispense des enseignements plus spécifiques sur l’histoire de Chine, l’Islam, les musulmans en Asie orientale, l’étude comparative des empires et le colonialisme. Il travaille sur des sources historiques en chinois, tibétain, ouïghour, mandchou et japonais.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page