Navigation – Plan du site
I. Pénaliser l'espace – Penalizing Space

Entre « loi des Miao » et loi sur les Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au xviiie siècle

Between « Miaoli » and Codified Laws on the Miao : The Trafficking in Human Beings in 18th-Century Guizhou
清代苗疆控制中的苗例研究 : 以整飭跨省人口交易為例
Ning Laure Zhang
p. 79-102

Résumés

Cette étude considère essentiellement le cas des Miao de la province du Guizhou en examinant deux aspects de la conquête des territoires des Miao par les Mandchous au xviiie siècle. Le premier concerne le statut des « Miaoli » ou des « lois sur les Miao » au sein de l’architecture d’ensemble des lois éditées par l’État mandchou pour assurer le contrôle de ces populations allogènes, soit une tension entre la nécessaire reconnaissance des pratiques indigènes et la volonté de les réduire progressivement au régime commun de la loi impériale. Le second concerne la lutte contre les trafiquants Han pénétrant dans le Guizhou pour se livrer au trafic d’êtres humains : on y perçoit une tension d’une autre nature, celle qui oppose la volonté de réprimer une criminalité à grande échelle et la nécessité de tolérer, voire de légaliser, certains de ces agissements. La complexité des lois sur l’esclavage et la vente d’êtres humains autant que la prise en compte d’un cycle de rébellions et de répressions militaires imposaient au pouvoir mandchou une approche pragmatique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

I. Les tentatives impériales pour administrer les territoires des Miao : la situation nouvelle des Qing
II. Les « règles coutumières » des Miao : entre reconnaissance et transformation
Le terme Miaoli et sa définition dans le code des Qing
L’évolution du rapport entre « coutumes des Miao » et loi impériale
Les trois types de crimes concernés
III. Le combat contre le trafic d’êtres humains aux frontières des Miao : entre criminalisation et légalisation
La découverte d’un trafic multi-ethnique
Les ambiguïtés de la pratique : légalisation vs criminalisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’entreprise de conquête menée par la dynastie mandchoue dans le Sud de la Chine a pour effet la mise en place progressive d’une législation particulièrement complexe. En effet, elle devait tenir compte de la question de ce qu’on appellerait aujourd’hui l’ethnicité des populations concernées et de leur degré très varié d’acculturation par la société chinoise environnante.

Cette étude considère essentiellement le cas des ‘Miao’ de la province du Guizhou au xviiie siècle. Si le contexte général de la transformation administrative mise en œuvre à partir de 1726 sous Yongzheng et des révoltes qu’elle a engendrées est aujourd’hui mieux connu, il semble intéressant d’examiner deux aspects de cette entreprise. Le premier aspect concerne le statut des « Miaoli » – c’est à dire des « lois des Miao », ou des « lois sur les Miao » – au sein de l’architecture d’ensemble des lois éditées par l’État mandchou pour assurer le contrôle de ces populations allogènes, soit une tension entre la nécessair...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ning Laure Zhang, « Entre « loi des Miao » et loi sur les Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au xviiie siècle », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/605

Haut de page

Auteur

Ning Laure Zhang

Professeure à l’Université de Genève, membre du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, historienne du droit chinois, impérial et moderne, notamment de la question de la peine capitale de la Chine. Elle a publié de nombreuses études et participé au débat international sur ce sujet.
Professor in the Department of East Asian Studies at University of Geneva and a member of the Research Centre on modern and Contemporary China, at EHESS, Paris. Specialized in the history of the Chinese legal culture, she has published a number of articles in English, French and Chinese on studies related to the institutions and practices of the death penalty in imperial China, Republic China, Mao’s China and contemporary China.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page