Navigation – Plan du site
I. Pénaliser l'espace – Penalizing Space

The Law and the “Law”: Two Kinds of Legal Space in Late-Qing China

La Loi et la « loi » : deux genres d’espace juridique dans la Chine des Qing
法(Law)與治法:晚清中國的两種法律空間
Eric Schluessel
p. 39-58

Résumés

Cet article expose la conceptualisation et la mise en œuvre d’un nouvel imaginaire juridique et géographique dans la Chine du xixe siècle. Dans la première moitié du xixe siècle, des membres de l’école de pensée dite des « sciences de l’État » (jingshi) adoptèrent une conception de la « loi » qui mettait en opposition le droit codifié et ce qu’ils concevaient comme des normes socio-morales naturelles. Cette dichotomie expliquait selon eux la contraction géographique de la société chinoise, l’émergence des dynasties d’Asie centrale, et la possibilité d’une nouvelle expansion chinoise. La guerre des Taiping offrit l’occasion à des membres de ce groupe de mettre ces idées en pratique en suspendant stratégiquement le droit impérial en faveur d’un activisme administratif, de manière à faire avancer leur idéal de relations sociales. À partir des années 1870, ce groupe travailla à transformer le territoire du Xinjiang d’Asie centrale en province de l’empire. Ce processus fait apparaître les contradictions dans la conception que l’école des « sciences de l’État » se faisait du droit.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Origins of the Statecraft Legal and Geographical Imaginary
Execution-on-the-Spot
Law Without Law in Xinjiang
Interpretations

Aperçu du début du texte

The Qing (1636-1911) produced a substantial corpus of codified law that served to routinize many of the imperial government’s tasks in maintaining peace and social order, among them the procedure for prosecuting and executing subjects found to have committed capital crimes. Early in the empire’s development, however, certain Ming loyalists articulated an ideological stance against codified law together with their anti-Manchuism. One, Huang Zongxi, wrote of Qing codified law and Chinese codified moralism as opposing varieties of “law” (fa). In the 1840s, his writings and those of his contemporaries inspired members of the “statecraft” (jingshi) school to articulate a new imaginary of chaos, according to which expanding the geographical reach of moralism at the expense of codified law was necessary to bringing order to the world. I will argue here that the crises of the mid-nineteenth century provided an opportunity for this group to implement policies that carved out a new geography ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Schluessel, « The Law and the “Law”: Two Kinds of Legal Space in Late-Qing China », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/603

Haut de page

Auteur

Eric Schluessel

Assistant Professor at the University of Montana, Departments of History and Political Science. PhD in History and East Asian Languages from Harvard University (2016). MA in Central Eurasian Studies from Indiana University (2007). His research focuses on the social and cultural history of Xinjiang in the Qing and twentieth century. Some recent works : The World as Seen from Yarkand : Ghulām Muḥammad Khān’s 1920s Chronicle Mā Tīṭayniŋ wāqi‘asi (Tokyo : NIHU Program Islamic Area Studies, 2014) ; “Language and the State in Late-Qing Xinjiang”, in Birgit Schlyter and Mirja Juntunen (eds.), Historiography and Nation-Building Among Turkic Populations (Istanbul : Swedish Research Institute in Istanbul, 2014).
Professeur assistant au Département d’histoire et de science politique de l’Université du Montana. Docteur en histoire et langues d’Asie orientale de l’Université Harvard (2016) et Master en études centre asiatiques de l’Université de l’Indiana (2007). Ses travaux portent sur l’histoire sociale et culturelle du Xinjiang à l’époque des Qing et au xxe siècle. Parmi ses travaux récents : The World as Seen from Yarkand : Ghulām Muḥammad Khān’s 1920s Chronicle Mā Tīṭayniŋ wāqiʿasi (Tokyo : NIHU Program Islamic Area Studies, 2014) ; « Language and the State in Late-Qing Xinjiang », in Birgit Schlyter and Mirja Juntunen (dir.), Historiography and Nation-Building Among Turkic Populations (Istanbul : Swedish

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page