Navigation – Plan du site
I.‎ Faux et légitimation du pouvoir politique

Fausses dates et vraies monnaies. Rites, information, propagande et histoire dans la numismatique chinoise

False Dates, Authentic Coins – Rites, Information, Propaganda and History in Chinese Numismatics
François Thierry
p. 41-60

Résumés

Dans l’histoire monétaire de la Chine, le binôme du vrai et du faux ne pose pas seulement le problème de ce qui est authentique et ce qui ne l’est pas, mais la question de la nature de l’authenticité : est-ce celle de l’émetteur, celle du métal ou celle de l’inscription ? Ce qui a retenu ici notre intérêt, ce sont les rapports entre l’inscription qui date une monnaie et la date réelle à laquelle cette monnaie a été émise. On constate en effet qu’à plusieurs reprises, en Chine, on a émis, volontairement ou non, de la monnaie portant des dates ne correspondant pas à la période d’émission. Les causes de cette inexactitude peuvent être multiples, mauvaise information, volonté de tromper sur la qualité du numéraire, respect d’un rituel ou propagande politique. Dans tous ces cas, la monnaie reste un témoignage authentique du processus de fonte monétaire et des pratiques politiques et sociales de la Chine ancienne.

Haut de page

Texte intégral

Qu’est-ce qu’une fausse monnaie ?

1En numismatique occidentale, le « faux » est la hantise du chercheur, du conservateur, du collectionneur et du marchand ; cependant la langue française n’est pas assez claire et l’on doit toujours préciser ce qu’on entend par « faux ». Il y a d’abord le faux d’époque destiné à circuler (faux monnayage), puis le faux postérieur qui reprend un type courant (copie), ensuite le faux postérieur destiné à combler un vide sans volonté de tromper, comme les « padouans » de la Renaissance, et enfin il y a le faux moderne destiné à tromper (forgeries, fakes).

  • 1 Il est à cet égard tout à fait symptomatique que le premier numéro de la première revue numismatiqu (...)
  • 2 Ding Fubao, Gu qian da cidian, 5 vol., Shanghaï, 1938, Xiabian (supplément), mai 1939, reprint Shij (...)

2La numismatique chinoise a depuis longtemps élaboré un cadre pour le phénomène du faux du dernier type1. On a, selon les auteurs, le binôme wei/zhen 偽/真 ou wei/shizhen 偽/實真, « faux », « contrefait »/« vrai », « véritable », « sincère », ou jia/shi 假/實, « faux », « falsifié »/« authentique », « vrai », ou encore yan/zhen 贗/真, « faux », « contrefait »/« authentique », « vrai ». Dans son Dictionnaire, Ding Fubao, le fondateur de la numismatique chinoise moderne, donne souvent à côté d’un estampage la formule ci pin wei 此品偽, « cette pièce est fausse ». De nos jours, jia qian 假钱 et yan qian 赝钱 sont considérées comme des synonymes de wei qian 伪钱2.

  • 3 Cette rubrique regroupe les monnaies des princes Ming légitimistes qui, entre 1644 et 1661, résiste (...)
  • 4 Hong Zun, Quanzhi (1149), fac-similé in Zhongguo gu qianbi tupu kaoshi congbian, 2 vol., Pékin, 199 (...)

3Dans les manuels anciens, antérieurs à la République, depuis le Quanzhi 泉志 de Hong Zun 洪遵, on trouve les chapitres wei pin 偽品 qui s’opposent aux chapitres zheng pin 正品 ou zhengyong pin 正用品 : dans ce cas, la qualification de « wei » ne porte pas sur la monnaie mais sur l’émetteur. Zheng, « légitime », désigne les dynasties officielles, et wei, souvent jianwei 僭偽 dans le corps du texte, « illégitime », « usurpateur », désigne les dynasties et royaumes contemporains d’une dynastie légitime, ou les rebelles. Wang Xiqi donne une forme plus précise avec les chapitres Song wei pin 宋偽品, « pièces des usurpateurs sous les Song », ou Yuan wei pin 元偽品, « pièces des usurpateurs sous les Yuan », ou Ming mo wei pin 明末偽品, « pièces des usurpateurs de la fin des Ming »3 ; Li Zuoxian, pour sa part, donne, par exemple, wei Han Han Liner 偽漢韓林兒, « [pièces de] Han Lin’er des pseudo Han »4. Dans tous ces cas, les monnaies sont authentiques, c’est-à-dire qu’elles datent bien de l’époque des personnages en question ; c’est uniquement la « véritable » nature impériale ou dynastique de ces personnages qui est en cause.

  • 5 Ainsi, par exemple, les premières émissions officielles d’une monnaie d’argent en Chine commencent (...)

4En ce qui concerne le faux monnayage, il n’est un problème que pour les autorités à l’époque envisagée. En général, les sources parlent de si zhu 私鑄, « fonte privée », voire de dao zhu 盜鑄, « fonte de brigands », par opposition à guan zhu 官鑄, « fonte officielle »5. Du point de vue du chercheur, les faux monnayages sont tout aussi intéressants que les monnayages officiels. Dans les textes à caractère économique ou polémique, on qualifie aussi de « fausse monnaie » la monnaie officielle dont la valeur faciale ne correspond pas à la règle du « rapport harmonieux entre l’enfant et la mère », zimu xiang quan 子母相權, c’est-à-dire entre la pièce de base et le multiple. On utilise le terme xu 虚, ou xujia 虚假, « faux », « mensonger », quand la valeur métallique du multiple est trop éloignée de sa valeur faciale : c’est ainsi, par exemple, le cas des Qian Yuan zhongbao 乾元重寶 émis au jour wuchen 戊辰 de la 9e lune de la 2e année de Qian Yuan (30 septembre 759) dont la valeur faciale était de cinquante kaiyuan tongbao 開元通寶 alors que leur poids était seulement d’environ cinq fois celui du kaiyuan courant .

5Ces catégories n’entrent pas dans le cadre de cette étude, ce qui n’est pas le cas des deux autres groupes, les monnaies « vraies » mais portant une date fausse, c’est-à-dire une date qui n’est pas celle de l’époque de leur émission ou une date en contradiction avec une autre partie de l’inscription monétaire.

Quelle date sur une monnaie ?

6Les monnaies chinoises de l’Antiquité ne portaient pas de date ; sous les Qin et les Han, la monnaie avait pour seule inscription la mention – fictive la plupart du temps – de son poids, banliang 半兩 et wuzhu 五銖. Ce n’est qu’à partir du ive siècle ap. J.-C. qu’on voit brièvement apparaître des dates sur les monnaies.

  • 6 Liu Xu, Jiu Tang shu (945), Pékin, Zhonghua shuju, 16 vol., 1987, X, p. 257.
  • 7 À une date mal définie, aux rameaux terrestres ont été associés des animaux, respectivement le Rat, (...)
  • 8 On utilisait aussi ce type de comput pour les jours et les mois. On obtient ainsi des dates très pr (...)

7Le système de datation des événements et des actes se fonde sur un calendrier lunaire où l’année comprend douze lunes, yue 月, avec l’ajout, certaines années, d’une treizième lune, ou « lune intercalaire », run yue 閏月, afin de rattraper les jours manquant par rapport à l’année solaire. Depuis l’Antiquité, le comput des années se fait par la combinaison des dix troncs célestes, jia 甲, yi乙, bing 丙, ding丁, wu 戊, ji 己, geng 庚, xin 辛, ren 壬, et gui 癸, et des douze rameaux terrestres, zi 子, chou 丑, yin 寅, mao 卯, chen 辰, si 巳, wu 午, wei 未, shen 申, you 酉, xu 戌 et hai 6. La première année du cycle est désignée par l’association du premier tronc et du premier rameau, jiazi 甲子, la deuxième par le deuxième tronc et le deuxième rameau, et ainsi de suite jusqu’au dixième tronc et au dixième rameau ; pour la onzième année, on reprend le premier tronc qu’on accole au onzième rameau, jiaxu 甲戌, et ainsi jusqu’au douzième rameau ; pour la treizième année, on reprend le premier rameau qu’on fait précéder du troisième tronc, bingzi 丙子. On procède ainsi jusqu’à ce que coïncident le dixième tronc et le douzième rameau, guihai 癸亥 : c’est la soixantième année, la dernière du cycle sexagésimal. La première année du cycle suivant sera à nouveau une année jiazi7. L’usage de cette méthode remonte à la haute Antiquité et s’est perpétué jusqu’à la fin de l’empire en 1911. On l’utilise encore dans le calendrier lunaire (nongli 農曆) pour tout ce qui a trait à la religion, aux anniversaires, à la mort et à diverses traditions populaires. À côté de ce système de datation apparaît, sous les Zhou, l’habitude de dater les événements en notant le quantième des années de règne du roi, habitude modifiée en 140 av. J.-C. par Han Wudi 漢武帝 qui instaure le système du nianhao 年號8, c’est-à-dire qu’on donne aux années de règne, ou à une certaine fraction de ce règne (ère) une dénomination dont le quantième servira de datation. Ce système ne remplace pas celui des troncs et des rameaux, mais s’y ajoute : ainsi, la 1re année de l’ère Jian Zhong de Dezong des Tang (780) sera désignée comme gengshen Jian Zhong yuan nian 庚申建中元年, « [année] gengshen, 1re année de [l’ère] Jian Zhong ».

  • 9 Wendi des Han avait déjà fait évoluer le système en introduisant les « périodes » de règnes, yuan (...)

8La première date figurant sur une monnaie apparaît dans le royaume des Cheng-Han 成漢 (304-338-347) : Li Shou 李壽 (338-343) fait fondre à Chengdu des petites monnaies portant simplement son nianhao de Han Xing 漢興9. Par la suite, les monnaies chinoises seront datées selon plusieurs méthodes. La plus connue mais la moins précise est l’usage du nianhao dans l’inscription monétaire : Tai He wuzhu 太和五銖, « wuzhu de [l’ère] Tai He », Qian Feng quanbao 乾封泉寶, « monnaie de [l’ère] Qian Feng », Qian Yuan zhongbao 乾元重寶, « monnaie lourde de [l’ère] Qian Yuan », etc. Dans ce cas, la datation couvre toute l’étendue des années du nianhao porté au droit. Parfois, on inscrit au revers des monnaies à nianhao le caractère d’un rameau terrestre, c’est en particulier le cas sous les Jin 金 et les Yuan 元 ; cette méthode permet de dater précisément une émission si le nianhao compte moins de douze années. Sous les Ming 明, on voit apparaître au revers des monnaies à nianhao la mention d’un tronc céleste ; l’émission est datée précisément si le nianhao ne dépasse pas dix années. Enfin, il arrive qu’on précise l’année de l’ère de règne : sous les Song du Sud, par exemple, les monnaies portent le nianhao au droit et souvent un ou deux chiffres au revers pour indiquer l’année ; les chiffres peuvent être inscrits en petite ou en grande écriture.

  • 10 François Thierry, Monnaies chinoises, II- Des Qin aux Cinq Dynasties, Catalogue, Paris, Bibliothèqu (...)

9L’usage du guohao 國號, c’est-à-dire du nom de la dynastie, qui est fréquent sous les Tang 唐 et sous les Cinq Dynasties, est aussi une manière de datation, mais surtout un instrument de propagande10.

Qu’est-ce qu’une fausse date ?

10Les autorités peuvent être conduites à émettre tout à fait officiellement des monnaies qui portent une date fausse. On entendra par date fausse, soit une date qui ne correspond pas à l’époque réelle de l’émission de la monnaie, soit une date qui est en contradiction avec une indication historique ou géographique portée par ailleurs sur la monnaie. Ainsi, une fausse date peut être inscrite sur une vraie pièce, « vraie » entendu dans le sens qu’il ne s’agit ni de fausses monnaies d’époque (faux monnayage) ni de faux destinés à tromper les collectionneurs. Cette « fausse » date peut être inscrite involontairement (« faute involontaire », wu 誤) ou délibérément (« faute intentionnelle », gu 故). Les origines de ces fausses dates sont multiples : la circulation trop rapide, ou au contraire trop lente, de l’information, qui fait que les ateliers monétaires sont avertis trop vite d’un changement d’ère, ou, à l’inverse, reçoivent cette information un peu trop tard ; le prestige d’une bonne monnaie conduit à reprendre plus tard son inscription, spécialement dans un contexte de mauvaise monnaie ; enfin, pour des raisons rituelles ou politiques, les autorités peuvent être amenées à émettre des monnaies avec le nianhao d’un précédent empereur ou d’une série d’empereurs. Ainsi, la fausse date volontaire ne procède pas toujours et forcément d’une intention maligne.

Fausses datations involontaires

  • 11 Les monnaies peuvent également être datées par des mentions précises des émissions dans les sources (...)
  • 12 Entre mai et juillet 1985, lors des travaux d’aménagement du Grand canal à la section de Gaoyou, on (...)
  • 13 Liu Enfu et al., « Jiangsu Gaoyou chutu Nan Song tie qian de chubu qingli baogao », Zhongguo qianbi(...)
  • 14 Tuotuo, Songshi (1345), Zhonghua shuju, 40 vol., Pékin 1978, XXXV, p. 691 ; XXXVI, p. 697.
  • 15 Ting Xian et Song Lin, « Nan Song Chun Xi yuanbao xiaoping qie qian chuxi », Zhongguo qianbi 1987-I (...)
  • 16  Ye Shichang, « ‘Chun Xi’ shi Song Xiaozong niyong nianhao », Zhongguo qianbi 1988-II, p. 76. Yu Hu (...)

11Lorsqu’en 1985, les archéologues établirent l’inventaire des monnaies du trésor de Gaoyou (Jiangsu)11, ils découvrirent une monnaie portant l’inscription Chun Xi yuanbao 純熙元寶, « monnaie primordiale de [l’ère] Chun Xi » (fig. 1, Ø 24 mm) ; or ce nianhao ne figure ni dans le Songshi 宋史, ni dans le Song huiyao 宋會要, et on ne le trouve dans aucune table chronologique. Les conditions de la découverte ne laissant cependant aucun doute sur l’authenticité de la monnaie, les archéologues et les numismates furent déroutés : comment une « vraie » monnaie peut-elle porter un nianhao, donc une date, qui n’a jamais existé ? Dans la première étude du trésor12, les auteurs ne se prononcent pas sur la date possible et placent la monnaie Chun Xi yuanbao 純熙元寶 après les Chun Xi yuanbao 淳熙元寶. Ting Xian et Song Lin avaient pensé que la solution résidait dans l’application de la règle du tabou. Au jour renxu壬戌 de la 2e lune de la 16e année de l’ère Chun Xi 淳熙 du défunt Xiaozong (18 mars 1189), le prince Zhao Dun 趙惇 monte sur le trône (empereur Guangzong) et, comme il était de tradition, il continue d’utiliser le nianhao Chun Xi de l’empereur défunt ; au jour gengwu 庚午 de la 11e lune (23 décembre 1189), on décide que l’année suivante sera la 1re de l’ère Shao Xi13. Cependant, le caractère chun 淳 pouvant parfois équivaloir à dun 敦, il pouvait donc se prononcer comme le prénom du nouvel empereur, on se serait trouvé devant un cas de caractère à éviter : on aurait donc remplacé chun 淳 par chun 純 durant la dernière partie de la 16e année de l’ère Chun Xi14. Pour astucieuse qu’elle soit, cette hypothèse ne reposait sur aucune source historique. L’explication parut un an plus tard dans une série de courts papiers15. Selon le Huang Song zhongxing liangchao shengzheng 皇宋中興兩朝聖政 de Liu Zheng 留正 (1129-1206) et le Jian Yan yilai chaoye zaji 建炎以來朝野雜記 de Li Xinzhuan 李心傳 (1167-1244), au jour wuxu 戊戌 de la 11e lune de la 9e année de l’ère Qian Dao 乾道 de Xiaozong des Song du Sud (15 décembre 1173), il fut décidé que l’année suivante serait la première de l’ère Chun Xi 純熙16. Mais six jours plus tard, au jour jiachen 甲辰 (21 décembre), la chancellerie du secrétariat central décida de changer le caractère chun 純 par son homophone 淳 afin de rendre un hommage particulier à la vertu des ères Chun Hua 淳化 et Yong Xi 雍熙 de Taizong des Song du Nord (976-997). Il est donc probable que dès l’annonce du choix du nouveau nianhao, annonce qui eut lieu le jour des sacrifices impériaux de la Banlieue Sud, certains ateliers ont commencé à fabriquer des moules monétaires en conséquence : lorsque le contre-ordre est arrivé, quelques monnaies Chun Xi yuanbao 純熙元寶 avaient déjà été fondues. On a donc une monnaie officielle avec une date qui n’a jamais réellement existé.

  • 17 Ce nianhao est tiré du poème Zhuo 酌 du Shijing : shi chun xi yi, shi yong da jie 時純熙矣,是用大介 « Lorsqu (...)
  • 18 Outre le chiffre de l’année, ces pièces portent au revers la mention de l’atelier : il y avait troi (...)

12Il existe un autre exemple de « fausse » date dans le trésor de Gaoyou : un petit nombre de monnaies Qing Yuan tongbao 慶元通寶 portaient au revers le chiffre de l’année, qi七, « 7 » (fig. 2, Ø 29 mm)17. Or, il n’existe pas de 7e année de Qing Yuan : au jour guimao 癸卯 de la 12e lune de la 6e année (gengshen 庚申) de l’ère Qing Yuan de Ningzong 寧宗 des Song du Sud (27 janvier 1201), on décrète que l’année suivante (xinyou 辛酉) sera la 1re de l’ère Jia Tai 嘉泰. L’année suivante commençant le 5 février 1201, neuf jours séparent donc le décret du début de l’année. Il est fort probable qu’avant le 27 janvier certains ateliers monétaires avaient déjà commencé à fabriquer les moules et commencé les fontes de monnaies datées de la 7e année de Qing Yuan18.

13Dans ces deux cas, la date fausse n’est pas due à une intention maligne spécifique, mais à un double facteur lié à la circulation de l’information, une anticipation, réactivité prématurée, des responsables des ateliers monétaires, puis une information tardive qui ne permet pas une rectification immédiate.

Fausses datations volontaires

14Faire porter une date fausse sur une monnaie peut avoir une raison économique : soit on reprend un type monétaire déjà daté qui est courant et bien accepté, et l’on profite d’un usage ou d’une pratique traditionnelle, soit on utilise un type monétaire connu pour sa bonne qualité pour faire passer une monnaie de qualité inférieure. Dans quelques cas, la fausse date est liée à des impératifs rituels, mais elle est plus souvent liée à des préoccupations politiques de propagande.

Tromperie sur la qualité

  • 19 Tuotuo, Songshi, op. cit., XXXVII, p. 728.
  • 20 On a la preuve que les moules monétaires étaient fabriqués à l’avance par les découvertes de matric (...)
  • 21 Les émissions commencent à la 9e lune (18 octobre – 16 novembre 529) et s’achèvent à la 1re lune de (...)
  • 22 On porta en effet le poids légal de 70 Yong An wuzhu à une livre (jin, ca 220 g), alors qu’avant l’ (...)
  • 23 L’abondance de soie sur les marchés en fait baisser la valeur, ce qui corrélativement renchérit la (...)
  • 24 En 534, le général Gao Huan 高歡 se soulève contre les Wei du Nord et installe un empereur fantoche d (...)
  • 25 Gao Cheng 高澄 (521-549), fils aîné de Gao Huan ; à la mort de son père, en 546, il assume les pleins (...)

15Dans la 2e et la 3e année de son ère Yong An 永安 (528-530), Xiaozhuangdi 孝庄帝 des Wei du Nord émet des monnaies portant l’inscription Yong An wuzhu 永安五銖, « wuzhu de [l’ère] Yong An »19. Comparées aux monnaies de la période, ce sont de bonnes pièces car, d’une part, leur poids est augmenté de 15,7 % par rapport à celui des wuzhu ordinaires20, et, d’autre part, les autorités s’arrangent pour en augmenter la valeur en vendant en masse des rouleaux de soie sur les marchés d’État21. Plus tard, sous les Wei de l’Est, « après le transfert de la capitale à Ye22, [les monnaies] excessivement légères étaient devenues bien trop nombreuses. Au début de l’ère Wu Ding 武定 [543-549], le prince Wenxiang 文襄 de Qi 齊23 proposa une réforme de ces abus. Pour ce faire, on édicta d’envoyer des gens dans toutes les préfectures et les marchés pour y collecter le cuivre et les monnaies, et on utilisa tout cela pour reprendre la fonte de monnaies dont l’inscription serait comme avant »24. C’est ainsi qu’en 543, durant l’ère Wu Ding de Xiaojingdi 孝靜帝 des Wei de l’Est (543), on émit des « wuzhu de [l’ère] Yong An » qui diffèrent peu des véritables Yong An wuzhu de 529-53025. Dans ce cas, il est évident que la fausse mention du nom de l’ère Yong An était destinée à faire profiter la nouvelle monnaie de la bonne image que le Yong An wuzhu avait eue auprès des acteurs économiques, voire à la faire passer pour l’ancienne monnaie.

Se conformer à des habitudes

16Le cas des monnaies fondues dans les pays étrangers à l’imitation des types chinois, principalement Song, est différent et ne peut être considéré comme une volonté de tromperie car les monnaies sont soit des imitations immédiatement décelables en raison de leur petit module, comme les imitations vietnamiennes, soit des monnaies de très bonne qualité, comme les Kajiki sen 加治木錢 et les Nagasaki sen 長崎錢. Le but est en fait de produire des moyens de paiement dont la population connaît le type, dont elle a l’habitude.

  • 26 Wei Shou, Weishu, op. cit., CX, p. 2866. Wang Leiming, Lidai shihuozhi zhushi, op. cit., I, p. 194.

17Ces monnaies japonaises de commerce sont généralement d’une qualité supérieure à celle des monnaies Qing officielles contemporaines. Dans ce cas, on utilise la formule fang pin 仿品, « pièces copies », ou fang Song pin 仿宋品, « pièces copiant [celles des] Song ». Émises à partir de la fin du xvie et jusqu’à la fin du xviie siècle, ces pièces ont été exportées en masse vers la Chine et le Viêt Nam pour solder les achats du Japon jusque vers 1635, date à laquelle les Japonais ne furent plus autorisés à sortir de l’archipel. Ensuite, ce sont les Hollandais qui vinrent acheter les pièces japonaises pour les répandre dans les mers du Sud. Ces monnaies sont principalement les Shōfu gempō 祥符元寶 imitées des Xiang Fu yuanbao (1008-1016), les Kayū gempō 嘉祐元寶 imitées des Jia You yuanbao (1056-1063), et surtout les Genhō tsūhō 元豐通寶 (fig. 3, Ø 24,2 mm) dont l’inscription est reprise de celle des Yuan Feng tongbao (1078-1085) (fig. 4, Ø 25,5 mm) ; toutes ces pièces reprennent les types du monnayage des Song encore très abondant dans la circulation monétaire en Chine, au Viêt Nam, en Corée et en Indonésie. Ce monnayage est de bonne qualité puisqu’il se compose majoritairement de monnaies de bronze avec environ 70 % de cuivre, environ 20 % de plomb, plus de l’étain et de l’arsenic : ce sont donc de « bonnes monnaies », même si leur date est « fausse », puisqu’il y a un écart de six siècles entre la date de la fonte et la date donnée par les nianhao26. Les monnayeurs vietnamiens, pour la même raison, avaient depuis longtemps repris ces types monétaires, et en particulier les Yuan Feng tongbao (fig. 5, Ø 22,8 mm).

Propagande ponctuelle

18Dans quelques cas, une fausse datation permet d’affirmer un fait politique ou militaire faux mais qu’il convient de proclamer vrai. Il s’agit de manipuler l’histoire à des fins de propagande. C’est, par exemple, le cas des monnaies Da Zhong tongbao 大中通寶 de Zhu Yuanzhang 朱元章, avec au revers la mention de l’atelier de Beiping 北平.

  • 27 Li Baohua (éd.), Zhongguo qianbi dacidian, Pékin, Zhonghua shuju, 1995,vol. III, Wei Jin Nanbeichao (...)
  • 28 Ces monnaies, mal identifiées, ont servi à dater des sites et des dépôts monétaires de manière erro (...)

19Au jour jihai 己亥 de la 2e lune de la 21e année de l’ère Zhi Zheng 至正 de Huizong des Yuan (24 mars 1361), le rebelle Zhu Yuanzhang installe à Yingtian 應天 (Nankin) un atelier monétaire, le baoyuanju 寶源局, qui « fond des monnaies Da Zhong tongbao 大中通寶 qui circuleront avec les monnaies des dynasties précédentes »27. Da Zhong n’est pas un nianhao, mais plutôt une proclamation politique : l’inscription des monnaies signifie « monnaie courante de la Grande Chine » par opposition aux monnaies Da Yuan tongbao, « monnaie courante de la Grande [dynastie] Yuan », émises par la dynastie mongole des Yuan. Le 1er jour de la 1re lune de l’année wushen 戊申 (20 janvier 1368), Zhu Yuanzhang fonde la dynastie Ming et prend le nianhao de Hong Wu 洪武. À la 3e lune, on ordonne au ministère des Finances et à chaque province (xingsheng 行省) de fondre des Hong Wu tongbao 洪武通寶, « monnaie courante de [l’ère] Hong Wu » . Au jour gengwu 庚午 de la 8e lune (14 septembre 1368), les armées Ming prennent Dadu 大都, la capitale des Mongols ; au jour renwu 壬午 de la même lune (26 septembre), on change le nom de Dadu en Beipingfu 北平府 et à la 10e lune, la ville est intégrée à la province du Shandong (Shandong xingsheng 山東行省). La province de Beiping (Beiping xingsheng 北平行省) n’est créée qu’au jour guichou 癸丑 de la 3e lune de la 2e année de Hong Wu (25 avril 1369)28. Il y a donc plus de neuf mois entre l’instauration de l’ère Hong Wu et la création du toponyme Beiping, cinq mois entre le début des fontes de monnaies Hong Wu et la création du toponyme, et un an entre le décret instaurant les fontes provinciales de monnaies Hong Wu et la création de la province de Beiping. Quelles que soient les dates que l’on choisisse, on se trouve en face d’une impossibilité chronologique : il ne devrait pas exister de monnaies Da Zhong portant la mention Beiping. Soit ces pièces ont été réellement fondues avant la création des Hong Wu tongbao, mais alors Dadu était encore aux mains des Mongols et elle ne s’appelait pas Beiping ; soit elles ont bien été fondues à Beiping, mais alors elles devraient être des Hong Wu tongbao et dans ce cas, soit elles ont été fondues avant la création de la province de Beiping (et donc en contradiction avec la loi d’avril 1368), soit elles le furent après, et en contradiction avec la même loi. La question n’est pas encore résolue ; certains pensent que la fonte eut lieu avant le 20 janvier 1368, date de l’instauration de l’ère Hong Wu, pour proclamer atteint un objectif qui semblait inéluctable, d’autres estiment qu’on a fabriqué dans la toute nouvelle Beiping des monnaies avec l’ancienne appellation Da Zhong pour affirmer que la capitale impériale des Yuan était déjà tombée aux mains de Zhu Yuanzhang et qu’il avait donc toute légitimité pour se proclamer empereur .

Respect rituel d’un nianhao

20Avec les Tai Chang tongbao 泰昌通寶, on dispose d’un exemple de la conséquence des implications rituelles sur la datation des monnaies. Au jour bingshen 丙申 de la 7e lune de l’année gengshen 庚申, 48e de l’ère Wan Li 萬暦 de Shenzong 神宗 (18 août 1620), l’Empereur meurt. Au jour bingwu 丙午 de la 8e lune (28 août), Zhu Changluo 朱常洛 monte sur le trône ; ce sera l’empereur Guangzong 光宗. On décide que l’année suivante, xinyou辛酉, qui commence le 22 janvier 1621, sera la 1re de son ère Tai Chang 泰昌 et que l’année en cours s’achèvera comme la 48e de l’ère Wan Li. Mais au jour yihai乙亥 de la 9e lune (26 septembre 1620), l’Empereur décède à 39 ans ; au jour gengshen庚申 de la même lune (1er octobre 1620), Zhu Youxiao 朱由校 monte sur le trône (empereur Xizong 熹宗) et décide que l’année xinyou sera la 1re de son ère Tian Qi 天啟. De ce fait disparaît le nianhao Tai Chang prévu par Guangzong pour désigner cette année-là. Aussi, au jour jichou己丑 (10 octobre 1620), par respect, on décide que la partie de la 48e année de l’ère Wan Li (gengshen) postérieure à la 8e lune sera la fin de la première année de l’ère Tai Chang . Le règne de Guangzong (28 août-26 septembre 1620) se déroula donc entièrement sous l’ère Wan Li puisque cet empereur ne faisait débuter son ère Tai Chang que le 22 janvier 1621. Ce n’est que par une décision prise le 10 octobre 1620 que son successeur Xizong fait commencer rétroactivement son ère Tai Chang au 1er jour de la 9e lune (26 septembre 1620), c’est-à-dire exactement au jour du décès de Guangzong. Ainsi, l’ère Tai Chang de Xizong couvre uniquement la période qui va de la mort de Guangzong au nouvel an suivant (26 septembre 1620-22 janvier 1621). Les monnaies Tai Chang tongbao ne sont donc pas des monnaies de l’ère Tai Chang de Guangzong, mais des monnaies de l’ère Tai Chang de Xizong.

Le concept de monnaies supplémentaires

  • 29 Zhang Tingyu (éd.), Mingshi, Pékin, Zhonghua shuju, 28 vol., 1974, I, p. 9 ; LXXXI, p. 1961.

21Les monnaies supplémentaires (bu qian補錢) sont des pièces dont le but est officiellement de combler un vide dans un ensemble donné29, soit dans une série monétaire dynastique, soit dans la proportion idéale des différents nianhao en circulation, soit dans une série précise d’ateliers provinciaux d’un intérêt stratégique ou politique particulier. La fonte de ces monnaies supplémentaires n’est pas dissimulée, elle fait même parfois l’objet d’une publicité : on peut annoncer à l’avance la durée de l’émission, un an, deux ans, etc., et la proportion de monnaies supplémentaires que tel atelier devra produire dans l’année.

  • 30 Idem, LXXXI, p. 1981.
  • 31 Idem, ii, p. 21 ; xl, p. 883-884. Tu Yanzhi, « Da Zhong tongbao Beiping jidi qian », Zhongguo qianb (...)
  • 32 Li Xianzhang, « Ming Qing Beijing baoyuanju baoquanju ji qianzuo jiu zhi kao », Zhongguo qianbi 199 (...)

22La plus connue des émissions de monnaies supplémentaires est celle de l’ère Jia Jing 嘉靖 (1522-1566, Shizong 世宗 des Ming) ; le problème est que cette émission n’a probablement jamais eu lieu. « Au début des Ming, on a fondu des monnaies Hong Wu. Dans la 9e année de Chengzu 成祖, on a fondu des monnaies Yong Le 永樂 ; dans la 9e année de Xuan De 宣德, on a fondu des monnaies Xuan De ; après la 16e année de Hong Zhi 弘治, on a fondu des monnaies Hong Zhi. Depuis la 6e année de Jia Jing de Shizong, on a fondu une grande quantité de monnaies Jia Jing ; chaque monnaie pesait un qian 錢 et trois fen 分. De plus, on suppléa les fontes des règnes successifs qui n’ont pas fondu. Dans la 32e année, on fond des monnaies des neuf nianhao de Hong Wu à Zheng De 正德, à raison d’un million de ding 錠 par nianhao, et des monnaies Jia Qing pour dix millions de ding ; un ding fait 5 000 pièces » . Selon le Da Ming huidian 大明會典, « dans la 32e année, on ordonna de fondre, selon le nouveau type, des monnaies des neuf nianhao depuis Hong Wu à Zheng De30, à raison d’un million de ding par nianhao, et des monnaies Jia Qing pour dix millions de ding ; un ding fait 5 000 pièces. La fonte se partagera à 60 % pour l’atelier impérial du ministère du Travail et à 40 % pour l’atelier du ministère du Travail de Nankin »31. Si l’on accepte ces deux textes comme véridiques, on a donc fondu cinq milliards de monnaies par nianhao, soit 45 milliards de pièces pour les neuf nianhao ! À ces milliards, il faut ajouter les cinquante milliards de monnaies Jia Jing, ce qui fait un total de 95 milliards de monnaies ! Quand on sait que le maximum de la production annuelle de monnaies en Chine fut atteint sous l’ère Yuan Feng 元豐 (1078-1085) avec cinq millions de ligatures soit environ quatre milliards de pièces32, le chiffre de 95 milliards est absolument inadmissible. Il l’est d’autant plus si l’on compare le nombre de monnaies Yuan Feng tongbao 元豐通寶 que l’on trouve dans les dépôts monétaires avec celui de l’un des neuf types qui auraient été fondus en 1553 : ces pièces se comptent en effet sur les doigts d’une seule main. On doit en déduire qu’il y eut une réflexion sur l’opportunité de fondre des monnaies supplémentaires pour les ères au cours desquelles il n’y a pas eu d’émissions monétaires, mais que cette réflexion en est restée un simple vœu.

23Un cas bien plus réel mais moins connu est celui des monnaies supplémentaires des ateliers du Xinjiang 新疆 à l’époque des Qing 清 ; mais dans ce cas, il y a à la fois des éléments de propagande ponctuelle et une volonté de « suppléer ». Annexé tardivement sous Gaozong 高宗 (Qian Long 乾隆, 1736-1795), le Turkestan oriental, peuplé au Sud de Turcs (Ouïghours, Ouzbeks, Kirghizes, etc.) et au Nord de Turcs et de Mongols, est resté une province irrédente très agitée qui tenta régulièrement d’échapper à la tutelle sino-mandchoue. Après une conquête dure et sauvage (1755-1758), le Nord, Tianshan beilu 天山北路, devint une terre de peuplement pour les Mandchous et les Mongols orientaux ; elle comptait deux villes importantes, Urumchi (ch. Dihua 迪化) et Ghulja (ch. Yili 伊犁). Le Sud, Tianshan nanlu 天山南路, avec ses six villes principales, Kucha (ch. Kuche 庫車), Aqsu (ch. Akesu 阿克蘇), Kashghar (ch. Kashi 喀什), Yengishar (ch. Yingjisha’r 英吉沙尔), Yarkand (ch. Ye’rqiang 葉尔羌) et Khotan (ch. Hetian 和田), resta peuplé par les autochtones qui n’acceptèrent pas facilement la domination chinoise.

  • 33 Zhang Tingyu (éd.), Mingshi, op. cit., xxi, p. 293-294, xxii, p. 297.

24Le xixe siècle fut marqué par une succession de soulèvements dont les plus importants ont rendu indépendantes des régions plus ou moins étendues. Durant l’ère Dao Guang, entre 1820 et 1828, les villes de l’Ouest, Kashghar, Yengishar, Yarkand et Khotan, tombent aux mains des rebelles de Jahangir Hoja Isyani. Dans les ères Tong Zhi 同治 (1862-1874) et Guang Xu 光緒 (1875-1908), de juin 1864 à la fin de l’année 1877, les révoltes de Ghazi Rashidin Khan (1864-1865), des Hoja de Khotan (1864-1866) et de Yakub Beg (1865-1877) firent que la presque totalité du Tianshan nanlu échappa aux Qing. Par ailleurs, la région et la ville de Ghulja (Yili) furent annexées par la Russie en 1871 et ne furent restituées à la Chine que par le traité de Saint-Petersbourg de février 1881 . Plusieurs régions ayant ainsi échappé à l’administration chinoise durant un laps de temps plus ou moins long, il en résulta que le monnayage de certains ateliers pour certains règnes était soit inexistant soit très rare33. Au xixe siècle, on connaît huit ateliers monétaires chinois pour la province : au Nord, Dihua et Yili, et au Sud Kucha, Aqsu, Ush (ch. Wushi 烏什), Kashghar, Yengishar et Yarkand. Les autorités décidèrent d’uniformiser les quantités respectives de monnaies en circulation par ateliers et par règnes afin de montrer que jamais le Xinjiang n’avait échappé à la protection paternelle des empereurs Qing : on émit donc des « fausses » monnaies d’ères passées et/ou d’ateliers monétaires de villes devenues indépendantes.

  • 34 Bu signifie littéralement « ajouter à un vêtement une pièce qui manque », d’où « ajouter ce qui man (...)
  • 35 Zhang Tingyu (éd.), Mingshi, op. cit., lxxxi, p. 1965.
  • 36 Entre Hong Wu et Zheng De, il y a 10 nianhao, si l’on comprend après Hong Wu et jusqu’à Zheng De co (...)

25À l’époque Qian Long, il n’existait dans le Tianshan nanlu que trois ateliers monétaires, Yarkand, Ush et Aqsu, dont les émissions ont été relativement peu abondantes ; on décida dès le règne suivant d’augmenter les quantités émises par ces ateliers et, ensuite, de suppléer à l’absence de monnaies des ateliers ouverts postérieurement, Kashghar et Kucha. Dans la 5e année de l’ère Jia Qing 嘉慶 de Renzong 仁宗 (1800), l’atelier monétaire d’Aqsu reçoit l’ordre de fondre 20 % de sa production en monnaies au nianhao de Qian Long (1736-1795) du type classique, c’est-à-dire avec Aqsu en turc et en mandchou au revers34 ; de même, dans la 4e année de l’ère Guang Xu de Dezong 德宗 (1878). Dans certains cas, les monnaies supplémentaires portent une inscription de revers différente de celle des monnaies de l’époque Qian Long ou sont marquées par un signe distinctif. C’est ainsi que certaines monnaies Qian Long tongbao 乾隆通寶 fondues à Kucha dans la 4e année de Guang Xu (1878) portent au revers l’inscription turque Kāng Şuy, pour « Guang Xu » (fig. 6, Ø 24,7 mm). De même, de la 5e à la 8e année (1879-1882) de Guang Xu, on a fondu des Qian Long tongbao de type classique qui portaient, en plus, un petit cercle au-dessus du trou35. Selon le Xinjiang tuzhi 新疆圖志, dans la 9e année (1883), l’atelier d’Aqsu a eu ordre de fondre 40 % de Qian Long tongbao avec l’inscription dang shi 當十, « valant 10 » au revers36 ; de même, et dans la même proportion, dans la 12e année (1886), cet atelier fondit des Qian Long tongbao avec A shi 阿十, « A[kesu], 10 » au revers.

  • 37 Li Dongyang et Shen Shixing, Da Ming huidian (1587), Taibei, Guofeng éd., 5 vol., 1963, cxciv, 9a.

26Dans les ères Xian Feng (1851-1861) et Guang Xu (1875-1908), on a également émis de « faux » Qian Long tongbao d’ateliers qui n’existaient pas à l’époque de Gaozong. Dans la 6e année (1856) de Xian Feng, on a fondu à Kucha des Qian Long tongbao avec au revers Kuça en turc et en mandchou et dang shi 當十 en chinois37. Dans la 11e et la 12e année de Guang Xu (1886-1887), l’atelier de Kucha a émis des Qian Long tongbao portant au revers la mention du bureau du ministère des Travaux (bao yuan 寶源 en mandchou) de Kashghar avec la précision Ka shi 喀十, « Ka [shghar], 10 » en chinois ; de même, en 1890 et 1891, on fond des monnaies similaires mais attribuées au bureau du ministère des Finances (bao quan 寶泉) de Kashghar. Entre 1889 et 1894, Aqsu fond des « faux » Qian Long de Kashghar.

  • 38 Peng Xinwei, Zhongguo huobi shi, Shanghaï, Shanghai renmin chubanshe, (1965), 3eéd., 1988, p. 401-4 (...)

27Mais cette pratique ne s’appliqua pas seulement à l’ère Qian Long : toutes les périodes durant lesquelles le Xinjiang ou une partie de la province, ne fût-ce qu’une ville, échappa, même brièvement, au pouvoir chinois, c’est-à-dire Dao Guang (1820-1850), Tong Zhi (1862-1874) et Guang Xu (1875-1908), se virent accorder une ou plusieurs émissions supplémentaires. Dans la 11e année de Guang Xu (1885), l’atelier de Kucha fond de « faux » Dao Guang tongbao 道光通寶 et des « faux » Tong Zhi tongbao 同治通寶 de Kucha38, mais aussi de « faux » Guang Xu tongbao 光緒通寶 de Kashghar. Entre 1889 et 1894, c’est Aqsu qui est chargé de fondre de « faux » Guang Xu tongbao de Yili.

28Ces émissions ne sont pas dissimulées, elles sont parfaitement signalées dans les documents administratifs, parfois dans les sources historiques, mais pour ceux qui avaient à utiliser ce monnayage, il passait pour du numéraire ancien et attestait de la présence de l’autorité des Qing sur toute l’étendue du Xinjiang depuis Qian Long. Dans certains cas, la « falsification » est dûment signalée sur la monnaie car, outre l’atelier fictif, on mentionne l’atelier réellement émetteur : on a ainsi des Qian Long tongbao émis entre 1887 et 1889 avec la mention fictive chinoise Ka 喀 pour l’atelier de Kashghar mais aussi en turc et en mandchou Aqsu pour l’atelier réel (fig. 7, Ø 25,6 mm). Mais, là encore, pour la majorité des utilisateurs qui sont en mesure de lire quelques caractères, ces monnaies sont considérées comme datant de la période donnée par l’inscription. C’est là le but recherché.

  • 39 Durant ces périodes, les ateliers de ces villes fonctionnèrent pour les autorités indépendantistes  (...)

29« En aucun cas ce que les historiens appellent un événement n’est saisi directement et entièrement ; il l’est toujours incomplètement et latéralement, à travers des documents ou des témoignages, disons à travers des tekmeria, des traces »39. Si l’historien de la Chine n’avait que ces monnaies comme tekmeria, il en déduirait qu’un empereur des Song du Sud a régné avec le nianhao de Chun Xi 純熙, que l’ère Qing Yuan a comporté sept années et qu’il y avait un atelier des Qing à Kashghar sous Gaozong. Trois propositions qui sont fausses alors même que les objets sont « vrais ».

30Les monnaies sont une des catégories de ces tekmeria qui permettent à l’historien de saisir « ce qui fut ». Mais, au-delà du vrai et du faux, il convient de s’interroger sur l’authenticité de ces traces ; or, l’authenticité, c’est le caractère qui fait qu’un document est exactement conforme à ce qu’il paraît être ; sa représentation est bien le reflet de son être. Et c’est là que la pertinence de la logique binaire vrai/faux atteint sa limite, car dans le cas des monnaies qui ne sont pas des documents comme les autres, mais des documents qui ont plusieurs fonctions, c’est sur la qualité de chacune de ces fonctions que doit se porter la réflexion de l’authenticité. Qu’est-ce qui est authentique ? La date, l’atelier, la composition métallique, la valeur faciale ? Ce qui est authentique ou non intéresse-t-il l’historien, l’économiste ou l’utilisateur ? Lorsque Hegel dit que « le faux est un moment du vrai », il n’a pas en tête notre problème, et pourtant il lui trouve un dénouement parfait. Quand les Wei de l’Est émettent des monnaies portant sciemment une date fausse, celle de l’ère Yong An, ils produisent un signe monétaire parfaitement inauthentique et déloyal, mais cette opération est une part de la vérité historique de la période. Lorsque les artisans de l’atelier de Tong’an préparent à l’avance les moules des Chun Xi yuanbao, ils se préparent en toute bonne foi à fondre une monnaie « authentique » et, avec cette date erronée, ils se trouveront à produire un de ces tekmeria qui permettront aux historiens d’avancer dans la connaissance de la réalité de l’histoire des Song.

Haut de page

Notes

1 Il est à cet égard tout à fait symptomatique que le premier numéro de la première revue numismatique fondée en Chine Populaire, en 1983, consacre sept pages à ce sujet. Shi Xuan, « Jianbie gu tongbi zhen wei de jige wenti », Zhongguo qianbi, 1983-I, p. 17-23.

2 Ding Fubao, Gu qian da cidian, 5 vol., Shanghaï, 1938, Xiabian (supplément), mai 1939, reprint Shijie shuju, Taibei, 1975. Ding Fubao, Lidai guqian tushuo (1940), annoté et corrigé par Ma Dingxiang, Ding Fubao Lidai guqian tushuo Ma Dingxiang pizhu, Shanghaï, Shanghai renmin chubanshe, 1992. Zhu Wenshu, « Tantan guqian de bianwei », Wenwu, 1965-I, p. 56-58. He Lin et al., Guqian zhen wei jianding tushuo, Tianjin guji chubanshe, Tien-tsin, 1994. Zhao Licheng, Zhongguo guqian bianwei tulu, Harbin, Heilongjiang renmin chubanshe, 2001. He Lin, Qianbixue cihui jianshi, Pékin, Dazhong wenyi chubanshe, 1999, p. 138, 288. He Lin, Qianbi jianding, Pékin, Lantian chubanshe, 2004.

3 Cette rubrique regroupe les monnaies des princes Ming légitimistes qui, entre 1644 et 1661, résistent aux Qing ; les monnaies de Li Zicheng qui est rebelle sous les Ming et qui renverse la dynastie apparaissent au chapitre Ming wei pin, « pièces des usurpateurs sous les Ming ».

4 Hong Zun, Quanzhi (1149), fac-similé in Zhongguo gu qianbi tupu kaoshi congbian, 2 vol., Pékin, 1992, vol. I, 1-194. Wang Xiqi, Quanhuo huikao (manuscrit 1863), fac-similé, Tongxian Zhongguo shudian, 1988. Li Zuoxian, Gu quan hui, éd. privée, 16 fasc., s. l. 1864.

5 Ainsi, par exemple, les premières émissions officielles d’une monnaie d’argent en Chine commencent à la 12e lune de la 2e année de l’ère Cheng An de Zhangzong des Jin (09/01-07/02/1198) avec la fonte des cinq types de lingots Cheng An baohuo 承安寶貨. Dès la 4e année (1199), il y avait déjà dans la circulation un abondant faux monnayage constitué par des lingots Cheng An baohuo frelatés : les faux monnayeurs qui les fabriquaient avec un mélange d’argent, de bronze et d’étain sont désignés sous le vocable de sizhuzhe 私鑄者. Tuotuo, Jinshi (1343), Zhonghua shuju, 8 vol., Pékin, 1975, XLVIII, p. 1076-1078. Wang Leiming, Lidai shihuozhi zhushi, 5 vol., Pékin, Nongye chubanshe, 1984-1991, III, p. 121-123. Li Xia et Xiao Feng, Zhongguo beifang minzu huobi shi, Harbin, Heilongjiang renmin chubanshe, 1989.

6 Liu Xu, Jiu Tang shu (945), Pékin, Zhonghua shuju, 16 vol., 1987, X, p. 257.

7 À une date mal définie, aux rameaux terrestres ont été associés des animaux, respectivement le Rat, le Bœuf (ou Buffle), le Tigre, le Lièvre, le Dragon, le Serpent, le Cheval, le Mouton (ou Chèvre), le Singe, le Coq, le Chien et le Porc. On sait que ces correspondances étaient connues des Chinois depuis le ier siècle ap. J.-C., puisqu’elles sont mentionnées par Wang Chong 王充 (27-97) dans ses fameux « Essais critiques », Lunheng 論衡. Edouard Chavannes, « Le cycle turc des douze animaux », Toung Pao, 1906-VII (1), p. 51-122, 79-80.

8 On utilisait aussi ce type de comput pour les jours et les mois. On obtient ainsi des dates très précises : ainsi, par exemple, le jour renzi du mois xinwei de l’année jiawu correspond au 25 juillet 574.

9 Wendi des Han avait déjà fait évoluer le système en introduisant les « périodes » de règnes, yuan 元 : qian yuan 前元, « première période » (179 à 164 av. J.-C.) puis hou yuan 後元, « période postérieure » (163 à 157 av. J.-C.). Sous son successeur Jingdi, on introduisit la période médiane, zhong yuan 中元.

10 François Thierry, Monnaies chinoises, II- Des Qin aux Cinq Dynasties, Catalogue, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003, no 909.

11 Les monnaies peuvent également être datées par des mentions précises des émissions dans les sources historiques et/ou par la mention d’un atelier au revers. Mais ce n’est pas le sujet de notre propos qui s’attache à l’objet seul.

12 Entre mai et juillet 1985, lors des travaux d’aménagement du Grand canal à la section de Gaoyou, on découvrit plus de 100 000 monnaies, principalement des monnaies en fer des Song du Sud. La découverte fut d’abord brièvement signalée par une note anonyme et par une mauvaise planche de six monnaies dans la deuxième livraison de Zhongguo qianbi de 1986. La première étude parut au deuxième trimestre 1987 (Liu Enfu et alii, « Jiangsu Gaoyou chutu Nan Song tie qian de chubu qingli baogao », 1- Zhongguo qianbi 1987-II, p. 3-25, 2- Zhongguo qianbi 1987-III, p. 51-71). Au cours des années suivantes, on continua de sortir régulièrement des monnaies du même endroit.

13 Liu Enfu et al., « Jiangsu Gaoyou chutu Nan Song tie qian de chubu qingli baogao », Zhongguo qianbi 1987-II, p. 10.

14 Tuotuo, Songshi (1345), Zhonghua shuju, 40 vol., Pékin 1978, XXXV, p. 691 ; XXXVI, p. 697.

15 Ting Xian et Song Lin, « Nan Song Chun Xi yuanbao xiaoping qie qian chuxi », Zhongguo qianbi 1987-II, p. 30.

16  Ye Shichang, « ‘Chun Xi’ shi Song Xiaozong niyong nianhao », Zhongguo qianbi 1988-II, p. 76. Yu Hui, « Yexi Nan Song Chun Xi yuanbao xiaoping tie qian », Zhongguo qianbi 1988-II, p. 76-77. Cai Maoxin, « Zai yi Nan Song Chun Xi yuanbao xiaoping tie qian », Zhongguo qianbi 1988-II, p. 77.

17 Ce nianhao est tiré du poème Zhuo 酌 du Shijing : shi chun xi yi, shi yong da jie 時純熙矣,是用大介 « Lorsque le moment fut parfait et en harmonie, alors Il [Wuwang] révêtit sa grande cuirasse… » (Shijing : iv-3/293, p. 443). Il s’agissait d’établir un parallèle entre le choix propice du moment favorable de la campagne de Wuwang contre les Shang et l’éventualité d’une campagne des Song contre les Jin.

18 Outre le chiffre de l’année, ces pièces portent au revers la mention de l’atelier : il y avait trois ateliers représentés, Qichun jian, Tong’an jian, Hanyang jian. Ces monnaies, moins rares que les Chun Xi yuanbao, étaient déjà connues par quelques exemplaires.

19 Tuotuo, Songshi, op. cit., XXXVII, p. 728.

20 On a la preuve que les moules monétaires étaient fabriqués à l’avance par les découvertes de matrices à moules pour wuzhu datées de la 5e année de l’ère Ben Shi 本始 (Dang Shunmin et Zhao Xiaoming, « Xi’an Xiangjiaxiang cun xin chu Xi Han wuzhu qian taofanmu diaocha yanjiu », Zhongguo qianbi 2005-II, p. 38). Or dans la 4e lune de la 4e année de Ben Shi de Xuandi des Han (70 av. J.-C.) un très fort tremblement de terre secoua la région métropolitaine ; on décida alors d’abandonner le nianhao Ben Shi et on décréta que l’année suivante serait la première de l’ère Di Jie 地節, « modération de la terre » (Hanshu : VIII, p. 245-246 ; Zizhi tongjian : XXIV, p. 803-804).

21 Les émissions commencent à la 9e lune (18 octobre – 16 novembre 529) et s’achèvent à la 1re lune de la 3e année (13 février – 14 mars 530). Wei Shou, Weishu (554), Pékin, Zhonghua shuju, 8 vol., 1987, CX, p. 2865-2866. Du You, Tongdian (801), Pékin, Zhonghua shuju, 5 vol., 1988, IX, p. 195.

22 On porta en effet le poids légal de 70 Yong An wuzhu à une livre (jin, ca 220 g), alors qu’avant l’émission, pour avoir une livre, il fallait au moins 81 wuzhu, et parfois jusqu’à 200. Wang Leiming, Lidai shihuozhi zhushi, op. cit., I, p. 194, n. 3.

23 L’abondance de soie sur les marchés en fait baisser la valeur, ce qui corrélativement renchérit la monnaie, selon le principe de « la balance entre le léger et le lourd ». Wei Shou, Weishu, op. cit., CX, p. 2865-2866. Wang Leiming, Lidai shihuozhi zhushi, op. cit., I, p. 194.

24 En 534, le général Gao Huan 高歡 se soulève contre les Wei du Nord et installe un empereur fantoche dans la partie orientale de l’empire avec Ye pour capitale : c’est le début de la dynastie dite des Wei de l’Est (534-550).

25 Gao Cheng 高澄 (521-549), fils aîné de Gao Huan ; à la mort de son père, en 546, il assume les pleins pouvoirs dans le royaume des Wei de l’Est ; il est fait prince de Qi en 549 et est assassiné la même année par Lan Jing. Son frère Gao Yang lui succède puis usurpe le trône et fonde les Qi du Nord.

26 Wei Shou, Weishu, op. cit., CX, p. 2866. Wang Leiming, Lidai shihuozhi zhushi, op. cit., I, p. 194.

27 Li Baohua (éd.), Zhongguo qianbi dacidian, Pékin, Zhonghua shuju, 1995,vol. III, Wei Jin Nanbeichao Sui bian, Tang Wudai Shiguo bian, 2003, p. 194-195.

28 Ces monnaies, mal identifiées, ont servi à dater des sites et des dépôts monétaires de manière erronée ; dans de nombreux catalogues occidentaux, elles sont d’ailleurs données comme des monnaies Song.

29 Zhang Tingyu (éd.), Mingshi, Pékin, Zhonghua shuju, 28 vol., 1974, I, p. 9 ; LXXXI, p. 1961.

30 Idem, LXXXI, p. 1981.

31 Idem, ii, p. 21 ; xl, p. 883-884. Tu Yanzhi, « Da Zhong tongbao Beiping jidi qian », Zhongguo qianbi 2003-iv, p. 9.

32 Li Xianzhang, « Ming Qing Beijing baoyuanju baoquanju ji qianzuo jiu zhi kao », Zhongguo qianbi 1994-II, p. 20. Tu Yanzhi, « Da Zhong tongbao Beiping jidi qian », art. cit., p. 9-10.

33 Zhang Tingyu (éd.), Mingshi, op. cit., xxi, p. 293-294, xxii, p. 297.

34 Bu signifie littéralement « ajouter à un vêtement une pièce qui manque », d’où « ajouter ce qui manque », « suppléer ».

35 Zhang Tingyu (éd.), Mingshi, op. cit., lxxxi, p. 1965.

36 Entre Hong Wu et Zheng De, il y a 10 nianhao, si l’on comprend après Hong Wu et jusqu’à Zheng De compris, il y en a 10 aussi, puisque Chengzu reprend le nianhao de Hong Wu dans sa première année de règne (Jian Wen, Hong Wu, Yong Le, Hong Xi, Xuan De, Zheng Tong, Jing Tai, Tian Shun, Cheng Hua et Hong Zhi). Durant certaines ères (Hong Wu, Yong Le, Xuan De et Hong Zhi), les fontes ont été abondantes et ne méritèrent pas qu’on y ajoute des monnaies « supplémentaires ». Il n’y a que six ères durant lesquelles on n’a pas fondu de monnaies : Jian Wen, Hong Xi, Zheng Tong, Jing Tai, Tian Shun, et Cheng Hua.

37 Li Dongyang et Shen Shixing, Da Ming huidian (1587), Taibei, Guofeng éd., 5 vol., 1963, cxciv, 9a.

38 Peng Xinwei, Zhongguo huobi shi, Shanghaï, Shanghai renmin chubanshe, (1965), 3eéd., 1988, p. 401-402.

39 Durant ces périodes, les ateliers de ces villes fonctionnèrent pour les autorités indépendantistes : à Aqsu et à Kucha on a fondu des sapèques en turc au nom de Ghazi Rashidin Khan, à Khotan on a frappé des tangka d’argent au nom d’Habibüllah, et à Kashghar Yakub Beg a frappé des pièces d’or, d’argent et de cuivre au nom du sultan ottoman Abdülaziz (1277-1293 h/1861-1876). On note d’ailleurs que certaines de ces monnaies appartiennent à la catégorie des « vraies monnaies à fausse date » : des monnaies d’or et d’argent ont été frappées au nom d’Abdülaziz avec les dates 1294 h et 1295 h, or le sultan Abdülaziz est mort en 1293 h. Ces pièces devraient porter le nom de Murad v (1293 h) ou d’Abdülhamid II (1293-1327 h)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://extremeorient.revues.org/docannexe/image/84/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2
URL http://extremeorient.revues.org/docannexe/image/84/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3
URL http://extremeorient.revues.org/docannexe/image/84/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4
URL http://extremeorient.revues.org/docannexe/image/84/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 5
URL http://extremeorient.revues.org/docannexe/image/84/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 6
URL http://extremeorient.revues.org/docannexe/image/84/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 7
URL http://extremeorient.revues.org/docannexe/image/84/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Thierry, « Fausses dates et vraies monnaies. Rites, information, propagande et histoire dans la numismatique chinoise », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 32 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/84 ; DOI : 10.4000/extremeorient.84

Haut de page

Auteur

François Thierry

François Thierry, conservateur général au département des Monnaies et médailles de la Bibliothèque nationale de France, est spécialiste de numismatique orientale. Il a publié : « Rei-chō (1428-1789) ka no Betonamu ni okeru Kahei-Ryūtsū » 黎朝 (1428-1789) 下のべトナムにおける貨幣流通 [La circulation monétaire au Viêt Nam sous la dynastie des Lê (1428-1789)], trad. par Keiichi Nakashima et Yuriko Abe, Syutsudo senka, 29 (2009), p. 54-72 ; « Cinq notes sur Shi Siming », Trésors d’Orient, Mélanges offerts à Rika Gyselen, Studia Iranica, 42 (2009), p. 359-378.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page