Skip to navigation – Site map
II. Réglementer l'espace – Regulating Space

Lieux de la loi, lieux du savoir : maîtriser le temps et l’espace des autopsies sous les Qing

Spatializing Law, Spatializing Knowledge : Governing Time and Space in Qing China’s Forensic Practice
法律之所在、知識之所在 : 清代驗屍活動中的時間與空間管理
Xin-zhe Xie
p. 127-150

Abstracts

Under Article 412 of the Qing Code, dealing with forensic practice, a group of specific sub-statutes reflects a combination of concerns related to both time and space. Due to the insurmountable decay of a body, anxiety in the face of time is all the more perceptible when forensic examination is at stake. At the same time, the requirement that any autopsy should be performed in situ, where the crime occurred, makes the race against time even tougher. Moreover, in accordance with the Qing Code, only local magistrates are entitled to supervise an autopsy. The sum of these elements leads to a serious conundrum whereby it can take considerable time for the commissioned magistrate to arrive at the autopsy site. Based on a survey of several hitherto unpublished palace memorials, this article examines how Qing lawmakers attempted to resolve this problem by gradually implementing flexible measures, as well as conditions with regard to their use. By doing so, this article sheds light on a particular way of conceiving expertise, which puts much more emphasis on moral reliability than technical knowledge.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

1. Les délais légaux
L’affaire du cadavre perdu
La mésaventure de Wang Huizu
Les délais légaux concernant l’homicide
2. Gérer le temps et l’espace des autopsies
Le processus législatif des réformes
- L’article additionnel 412-5
- Caractéristiques locales en jeu : les articles additionnels 412-19 et 412-10 et 11
- L’examen de contrôle : l’article additionnel 412-17
Conclusion. La question de l’expertise

Text / first lines

Les rapports d’enquête qualifiés de modèles de l’époque des Qing ont tendance à décrire une autopsie telle qu’elle est réalisée en stricte conformité avec la loi et sans aucun obstacle : le magistrat se rend sur les lieux avec la plus grande célérité ; les marques de blessures sont assez claires pour être interprétées sans provoquer de controverse ; la description des blessures s’accorde parfaitement aux caractéristiques de l’arme présumée ; le résultat de l’examen post mortem coïncide avec les témoignages et les dépositions ; l’auteur du crime passe à l’aveu sans protester ; toutes les personnes impliquées dans le crime signent de bon gré les déclarations garantissant leur consentement aux conclusions de l’autopsie. Or, de récentes études montrent que les autopsies ne se déroulaient pas de façon aussi lisse que le laissent entendre de tels « dossiers inattaquables ». De par sa nature, la loi présente nécessairement un certain écart par rapport à son application effective. Dans le c...

Top of page

References

Electronic reference

Xin-zhe Xie, « Lieux de la loi, lieux du savoir : maîtriser le temps et l’espace des autopsies sous les Qing », Extrême-Orient Extrême-Occident [Online], 40 | 2016, Online since 21 November 2018, connection on 23 July 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/610

Top of page

About the author

Xin-zhe Xie

Ancienne élève de l’Université nationale de Taïwan, actuellement doctorante en fin de thèse à l’École des hautes études en sciences sociales et membre du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC-UMR 8173). Ses recherches doctorales concernent la formation du savoir sur l’autopsie en Chine à la fin de l’ère impériale et les caractéristiques épistémologiques de cette discipline particulière. Parmi ses derniers travaux : « Forensics and Politics in Qing China : A Beijing Case », Ming Qing Studies, 2015, « Reading the Corpse in Forensic Casebooks of Nineteenth-Century China » (à paraître dans la revue East Asian Science, Technology and Medicine).
PhD candidate at the School for Advanced Studies in the Social Sciences (EHESS) and member of the Center for Studies on Modern and Contemporary China (CECMC-UMR 8173). She earned a B.A. degree at the National University of Taiwan (2006), and a M.A. degree at the EHESS (2010). Her doctoral research deals with the making of forensic knowledge in late imperial China, and the epistemological characteristics of this particular field of knowledge. Some recent works : “Forensics and Politics in Qing China : A Beijing Case”, Ming Qing Studies, 2015, “Reading the Corpse in Forensic Casebooks of Nineteenth-Century China” (forthcoming in the journal East Asian Science, Technology and Medicine).

Top of page

Copyright

© PUV

Top of page