Navigation – Plan du site
II. Réglementer l'espace – Regulating Space

Lieux de la loi, lieux du savoir : maîtriser le temps et l’espace des autopsies sous les Qing

Spatializing Law, Spatializing Knowledge : Governing Time and Space in Qing China’s Forensic Practice
法律之所在、知識之所在 : 清代驗屍活動中的時間與空間管理
Xin-zhe Xie
p. 127-150

Résumés

Sous l’article 412 du code des Qing régissant les autopsies, il existe un groupe spécifique des articles additionnels qui résultent des soucis en relation à la fois avec le temps et l’espace. En raison de l’insurmontable vulnérabilité d’un cadavre, l’anxiété devant l’écoulement du temps est d’autant plus flagrante que l’autopsie est en jeu. De plus, l’impératif de réaliser toute autopsie in situ rend cette course contre la montre encore plus laborieuse. En outre, le code stipule que seuls les magistrats locaux sont habilités à superviser une autopsie. Par conséquent, le défi posé par le temps et l’espace, conjugué avec l’habilitation exclusive du magistrat, donne lieu à un casse-tête caractérisé par le temps rallongé pour un magistrat habilité d’arriver sur la scène de l’autopsie. Sur la base des mémoires du palais jusqu’ici inédits, l’article retrace comment les législateurs des Qing tentèrent de résoudre un tel casse-tête en mettant progressivement en place des mesures accommodantes ainsi que des limites à leur utilisation. Ce faisant, l’article éclaire une conception particulière de l’expertise, qui met l’accent plus sur la fiabilité morale que sur la connaissance technique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Les délais légaux
L’affaire du cadavre perdu
La mésaventure de Wang Huizu
Les délais légaux concernant l’homicide
2. Gérer le temps et l’espace des autopsies
Le processus législatif des réformes
- L’article additionnel 412-5
- Caractéristiques locales en jeu : les articles additionnels 412-19 et 412-10 et 11
- L’examen de contrôle : l’article additionnel 412-17
Conclusion. La question de l’expertise

Aperçu du début du texte

Les rapports d’enquête qualifiés de modèles de l’époque des Qing ont tendance à décrire une autopsie telle qu’elle est réalisée en stricte conformité avec la loi et sans aucun obstacle : le magistrat se rend sur les lieux avec la plus grande célérité ; les marques de blessures sont assez claires pour être interprétées sans provoquer de controverse ; la description des blessures s’accorde parfaitement aux caractéristiques de l’arme présumée ; le résultat de l’examen post mortem coïncide avec les témoignages et les dépositions ; l’auteur du crime passe à l’aveu sans protester ; toutes les personnes impliquées dans le crime signent de bon gré les déclarations garantissant leur consentement aux conclusions de l’autopsie. Or, de récentes études montrent que les autopsies ne se déroulaient pas de façon aussi lisse que le laissent entendre de tels « dossiers inattaquables ». De par sa nature, la loi présente nécessairement un certain écart par rapport à son application effective. Dans le c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xin-zhe Xie, « Lieux de la loi, lieux du savoir : maîtriser le temps et l’espace des autopsies sous les Qing », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 24 avril 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/610

Haut de page

Auteur

Xin-zhe Xie

Ancienne élève de l’Université nationale de Taïwan, actuellement doctorante en fin de thèse à l’École des hautes études en sciences sociales et membre du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC-UMR 8173). Ses recherches doctorales concernent la formation du savoir sur l’autopsie en Chine à la fin de l’ère impériale et les caractéristiques épistémologiques de cette discipline particulière. Parmi ses derniers travaux : « Forensics and Politics in Qing China : A Beijing Case », Ming Qing Studies, 2015, « Reading the Corpse in Forensic Casebooks of Nineteenth-Century China » (à paraître dans la revue East Asian Science, Technology and Medicine).
PhD candidate at the School for Advanced Studies in the Social Sciences (EHESS) and member of the Center for Studies on Modern and Contemporary China (CECMC-UMR 8173). She earned a B.A. degree at the National University of Taiwan (2006), and a M.A. degree at the EHESS (2010). Her doctoral research deals with the making of forensic knowledge in late imperial China, and the epistemological characteristics of this particular field of knowledge. Some recent works : “Forensics and Politics in Qing China : A Beijing Case”, Ming Qing Studies, 2015, “Reading the Corpse in Forensic Casebooks of Nineteenth-Century China” (forthcoming in the journal East Asian Science, Technology and Medicine).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page