Navigation – Plan du site
I. Pénaliser l'espace – Penalizing Space

Punir par l’espace : la peine d’exil dans la Chine impériale

Punishing Through Space : The Punishment of Exile in China
清代流放地与法律空間
Frédéric Constant
p. 13-38

Résumés

L’exil était fondé en Chine sur des représentations de l’espace politique héritées de l’Antiquité au terme desquelles le territoire était constitué de zones concentriques s’éloignant progressivement du centre de la civilisation figuré par le domaine royal. Les dynasties suivantes furent confrontées à la nécessité de retranscrire cet espace virtuel dans la réalité d’un territoire politique qui avait évolué depuis l’unification impériale. Les Qing tentèrent les premiers de prendre des mesures en vue d’établir une géographie précise des lieux d’exil. À travers la cartographie de ces lieux d’exil, nous souhaitons mettre en évidence les principes aux termes desquels le territoire impérial devint un espace pénal de relégation des criminels.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Entre déracinement et exclusion : les frontières théoriques de l’exil
L’inadéquation du cadre théorique aux réalités politiques
La définition des espaces comme lieu de châtiment
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les termes d’exil, relégation ou bannissement sont utilisés pour désigner une gamme assez fluctuante de peines appliquées en Chine comme degré juste inférieur à la peine de mort. Au-delà de la diversité de leurs modalités, ces peines étaient structurées par la volonté de graduer la sévérité en fonction du lieu vers lequel était relégué le condamné. À partir de ce principe, les Chinois élaborèrent un système complexe, aux termes duquel une échelle des distances d’exil permettait de déterminer au plus juste la mesure de la peine. Cette dernière connut son apogée sous les Qing (1644-1911), représentant alors selon les statistiques du ministère des Peines de 20 à 25 % des jugements. À la suite des Ming (1368-1644), les Qing mirent en œuvre de façon extrêmement précise les principes sur lesquels la peine reposait, à savoir une mise en relation entre, d’un côté, la distance séparant la région d’exil du lieu d’origine du criminel et, de l’autre, la gravité des faits commis. Les dynasties a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Constant, « Punir par l’espace : la peine d’exil dans la Chine impériale », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/599

Haut de page

Auteur

Frédéric Constant

Maître de conférences en histoire du droit à l’Université de Paris X-Nanterre. Ses recherches portent sur le droit chinois et l’histoire comparée du droit, notamment sur les interactions entre le droit chinois et les institutions juridiques des autres pays asiatiques. Il s’intéresse actuellement à la science du droit chinois. Il est l’auteur de Le Droit chinois (avec Christophe Lopez, Paris : Dalloz, 2013).
Associate professor of legal history at Université de Paris X-Nanterre. His primary research interests are in Chinese law and comparative legal history, with emphasis on interactions between Chinese law and legal institutions and those of other Asian countries. He is currently focusing on ancient Chinese jurisprudence. He is the author of Le Droit chinois (with Christophe Lopez, Paris : Dalloz, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page