Navigation – Plan du site

Corps sensible et corps pratico-inerte : femme frustrée et kamikaze mutique dans une nouvelle de Kôno Taeko, « Tetsu no uo » (« Poisson de fer »)

Sensitive Body and Practico-Inert Body: Frustrated Woman and Mute Suicide Bomber in Kono Taeko’s ‘Tetsu no uo’ (‘Iron Fish’)
ジェラール・シアリ。躍動する身体と無反応な身体:「鉄の魚」(河野多恵子)ー 欲求を阻止された女性と沈黙するカミカゼ。
Gérard Siary
p. 177-202

Résumés

« Poisson de fer » (« Tetsu no uo », 1976), nouvelle de l’écrivaine Kôno Taeko (1926-2015), raconte l’histoire d’une veuve de guerre qui se fait enfermer la nuit dans le musée (le sanctuaire Yasukuni) où son mari est vénéré comme un dieu, et dans la torpille sous-marine (le « poisson ») où il a trouvé la mort. Dans le processus de réappropriation de ce mari kamikaze, qu’elle n’a presque pas connu et qui ne lui a pas laissé la parole, la souffrance alterne avec la jouissance. Le poisson symbolise ici le traumatisme de guerre perçu au féminin et subvertit l’historiographie masculine officielle au profit de la souffrance privée et muette de la femme.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Corps

Index by keyword :

Corps
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’expérience de la guerre à travers le corps féminin et dans la littérature féminine
Corps exproprié/Corps approprié
La disparition de l’amie et la mort étrange des jeunes filles
La mort étrange du premier mari et l’ajournement de la visite au musée
Le poisson, objet muséal : de l’information à l’émotion
Le poisson de fer, corps à vivre de l’intérieur, entre Éros et Thanatos
Le poisson au prisme du temps : de l’obscurité à la clarté solaire
Médiatisation de la protagoniste et de l’Histoire
Un point de vue distancié
Un référent historique indirect
Une légende médiane
Le corps souffrant à l’échelle collective
Le corps souffrant à l’aune de l’Histoire
Le corps souffrant à l’aune de la relation conjugale
Le corps souffrant comme manque à dire et la littérature

Aperçu du début du texte

« Notre chair n’est rien d’autre que cela qui s’éprouvant, se souffrant, se subissant et se supportant soi-même et ainsi jouissant de soi selon des impressions toujours renaissantes, se trouve, pour cette raison, toujours susceptible de sentir le corps qui lui est extérieur, de le toucher aussi bien que d’être touché par lui. Cela donc dont le corps extérieur, le corps inerte de l’univers, est par principe incapable. »

S’il est une expérience dont pâtit le corps entre émotion et sensation, au mental et au physique, c’est bien celle de la guerre. Même si elle s’étale sur la longue durée, l’individu cherche à lui opposer tant bien que mal une résistance, et même une résilience, pour se forger une identité viable. Il s’ensuit une sorte de dialectique du mal-être et de la guérison, de la dépendance et de la libération. Du mal-être au sens large, d’un moment physiquement ou moralement douloureux qu’on ne parvient pas à dépasser, à surmonter, à reléguer dans un passé révolu ou à intégrer d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Siary, « Corps sensible et corps pratico-inerte : femme frustrée et kamikaze mutique dans une nouvelle de Kôno Taeko, « Tetsu no uo » (« Poisson de fer ») », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/538

Haut de page

Auteur

Gérard Siary

Ancien pensionnaire de la Maison franco-japonaise (1985-87). Docteur de 3e cycle (1978) et d’État (1988). Professeur des universités (Université Paul-Valéry, Montpellier) en littérature générale et comparée (Europe, Asie orientale). Membre titulaire du Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO-UMR 8155). Champs de recherche : littérature de voyage ; imagologie littéraire ; histoire des idées. Traducteur de littérature japonaise, classique (Ihara Saikaku, Katsuragawa Hoshû) et moderne (Miyabe Miyuki, Yoshida Shûichi), et de littérature portugaise. Derniers travaux : Le Pavillon d’Or de Yukio Mishima (Essai et Dossier) (Gallimard, « Foliothèque », 2010) ; co-direction de Transmission de la mémoire allemande en Europe centrale depuis 1945/Spuren Deutscher Identität in Mittel- und Osteuropa seit 1945 (Peter Lang, 2011) ; L’Idée de race. Histoire d’une fiction (Berg International, 2012) ; traduction et édition critique de Fernando Morais, Olga. Allemande, juive, révolutionnaire (Chandeigne, 2015) ; « Les kamikazes à l’UNESCO : les armes, les lettres et le patrimoine de l’humanité » (larevueesressources.org, 30.03.2015). Étude sur les kamikazes en préparation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page