Navigation – Plan du site

Le corps souffrant dans la littérature chinoise depuis la Nouvelle période (1979-2015)

Suffering Bodies in Chinese Literature Since the Reform and Opening (1979-2015)
徐爽,阿麗亞娜· 德 ·奧麗維拉 ·格麥斯。簡析新時期以來中國文學中的痛楚身體 (1979-2015)
Xu Shuang et Ariadna de Oliveira Gomes
p. 145-176

Résumés

Cette étude analyse la représentation du corps dans la littérature chinoise depuis 1979. Au lendemain des années Mao, le sujet se découvre un corps brisé, impuissant, menacé. Cette image, loin de s’atténuer avec la prospérité économique du xxie siècle, s’y révèle persistante. La clef de cette continuité est à chercher dans les rapports complexes qui unissent et déchirent corps individuel et corps social, inscrits dans l’imaginaire comme la source d’une souffrance durable.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

littérature, Corps

Index by keyword :

littérature, Corps
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Corps docile et corps meurtri
L’ « étranger de retour » : corps amer
Corps frustré : « La moitié de l’homme, c’est la femme »
« Qui suis-je ? » : corps halluciné et « génies malfaisants »
Deuil des âmes souffrantes et société de consommation
Corps aliénés ou la souffrance en temps d’abondance
Corps souffrants et mémoire : diagnostiquer le mal
La souffrance : coupable et victime
Corps collectif et sacralisation du pouvoir
Le corps souffrant comme objet de jouissance
En guise de conclusion : incorporation et vie contemporaine

Aperçu du début du texte

La première moitié du xxe siècle est en Chine traversée par les guerres et les révolutions. C’est pourtant la fin de ce siècle et singulièrement les années de l’essor économique qui voient apparaître, sous la plume des écrivains, l’image récurrente d’un corps affaibli, torturé ou malade : récurrence qui interroge. Tout se passe comme si le corps ne pouvait être détaché du thème de la douleur ; la mise en scène du corps souffrant est figure iconique et figure rhétorique, image valant par elle-même et symbole renvoyant à un champ de parole difficile, voire impossible. Ce qui ne peut ou ne sait se dire s’inscrit, et s’inscrit somatiquement. Le corps se grave, comme une plaque d’imprimerie, et souffre cette inscription avant même, peut-être, de savoir la lire.

La scène de l’expression somatique est singulièrement complexe. En amont du texte littéraire, le discours officiel donne l’exemple : il n’est pas indifférent que, dans la propagande et particulièrement l’exercice très chinois du sl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xu Shuang et Ariadna de Oliveira Gomes, « Le corps souffrant dans la littérature chinoise depuis la Nouvelle période (1979-2015) », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/532

Haut de page

Auteurs

Xu Shuang

Ariadna de Oliveira Gomes

Ariadna de Oliveira Gomes. Ancienne élève de l’École normale supérieure de Paris, professeur en Première supérieure et chargée de cours à l’UFR des Langues et Civilisations de l’Asie orientale à l’Université Paris Diderot. Dans le domaine des langues orientales, elle est l’auteure d’un triptyque : Ville réelle, sur le mouvement dans l’architecture et le cinéma chinois (Emblée, 2007), Le Livre de l’autre, sur la question du miroir en Chine (Emblée, 2010) et En deçà du sens/Voyage dans le froid, sur le rapport entre écriture chinoise et appréhension du réel (Emblée, à paraître en 2016).Xu Shuang. Agrégée de chinois, maître de conférences en langue et littérature contemporaine chinoises à l’Université Paris Diderot, membre du Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO-UMR 8155). Auteure de plusieurs études sur la littérature contemporaine chinoise. Elle a co-dirigé, avec Chantal Chen-Andro et Cécile Sakai, Imaginaires de lexil dans les littératures contemporaines de Chine et du Japon (Philippe Picquier, 2012). Elle co-dirige avec Yinde Zhang et Noël Dutrait un autre ouvrage collectif, Mo Yan, au croisement du local et de l’universel (Le Seuil, à paraître en 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page