Navigation – Plan du site

Cadavre vivant et pantin désarticulé : souffrance et reconfiguration des corps dans l’œuvre d’Edogawa Ranpo

Gérald Peloux
p. 85-118

Résumés

Les récits policiers d’Edogawa Ranpo sont caractérisés par une abondance de corps, surtout féminins, démembrés, reconfigurés, s’appropriant certains canons esthétiques des années 1920 et 1930 basés sur le grotesque, l’érotisme et l’absurde. Malgré la violence qui traverse ces histoires, la description du corps souffrant y est étonnamment absente, trait qui signale le désir auctorial de détourner les techniques et stéréotypes du genre policier pour proposer, là même où l’on attendrait une souffrance exhibée, une approche originale, quasi interactive, du rapport entre auteur, texte et lecteur – comme le montre l’examen de « La chenille »(1929), clé d’une œuvre ambivalente au regard de la souffrance physique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Décomposer et recomposer le corps
S’approprier le corps féminin
Au-delà du corps féminin
Le corps hybride : reconfigurer le monde
« La chenille » : la clé de l’inversion générique
Du corps (non) souffrant à une narrativité subversive

Aperçu du début du texte

Le 2 août 1928, Hitomi Kinue termine à la deuxième place de la finale de l’épreuve du 800 mètres demi-fond féminin aux Jeux Olympiques d’Amsterdam. Moment historique pour le sport moderne japonais : c’est la première fois qu’une athlète de ce pays remporte une médaille olympique. Un an après, jour pour jour, commence à paraître le nouveau roman d’Edogawa Ranpo (1894-1965), intitulé L’Homme-araignée (Kumo otoko). Comme à son habitude, l’auteur de romans policiers le plus en vue à cette époque y décrit de manière rocambolesque la découverte des corps des victimes de meurtres. La première d’entre elles est kidnappée pour être ensuite tuée. Son corps, démembré, est retrouvé morceau par morceau dans des moulages de parties de corps humains distribués dans des écoles d’art. Sa sœur, Satomi Kinue, partie à sa recherche, est à son tour enlevée : elle est retrouvée morte, noyée dans un aquarium près de Kamakura, l’ancienne capitale shogunale.

Hitomi Kinue–Satomi Kinue. Cette quasi-identité an...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Peloux, « Cadavre vivant et pantin désarticulé : souffrance et reconfiguration des corps dans l’œuvre d’Edogawa Ranpo », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/519

Haut de page

Auteur

Gérald Peloux

Gérald Peloux. Agrégé de langue et culture japonaises, auteur d’une thèse sur le roman policier japonais moderne, Gérald Peloux est maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise (UCP), membre du laboratoire Agora et chercheur associé au Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO-UMR 8155). Ses recherches portent sur les productions populaires (romans policier, romans d’aventure) et sur les transferts culturels entre le Japon et d’autres aires géographiques (littératures de voyage, littératures marginales), durant les années 1920 et 1930. Parmi ses dernières publications : « Les Meriken jappu mono de Tani Jôji – un premier cas de littérature globale au Japon ? » (Japon Pluriel 10, Philippe Picquier, 2015).Gérald Peloux. Holder of the “agrégation” (higher teacher’s diploma) in Japanese language and culture, Gérald Peloux wrote a Ph.D. thesis about the modern Japanese detective story and is Associate Professor at the Cergy-Pontoise University (UCP), member of the Agora Research Center and research associate at the East Asian Civilizations Research Centre (CRCAO-UMR 8155). His researches are mainly focused on popular culture productions (detective and adventure fiction) and on the cultural transfers between Japan and other geographical areas (travel stories, marginal literature), during the 1920s and 1930s. His recent publications include : “Tani Jôji’s Meriken jappu mono—the First Case of Global Literature in Japan ?” (Japon Pluriel 10, Philippe Picquier, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page