Navigation – Plan du site

Le corps souffrant chez Lu Xun : allégorie muette de l’obstacle et appropriation de la modernité

The Suffering Body by Lu Xun as a Silent Allegory of Constraint and Appropriation of Modernity
宇樂文「魯迅的作品與受苦的身體:現代性的適應與阻礙的無聲寓言」
Victor Vuilleumier
p. 47-84

Résumés

Le corps chez Lu Xun est peu décrit. Cette absence permet de dire indirectement une souffrance multiple : la honte ressentie devant la crise historique de la Chine dont la nature nationale est tenue pour responsable ; la mélancolie existentielle. En revanche, le corps est allégorisé comme signe de la tradition, qui fait obstacle à l’émancipation de l’individu. Libérer la voix de la nation chinoise impose de détruire symboliquement le corps reçu en héritage, de subvertir l’esthétique et les paradigmes scientistes de la corporalité et de la puissance élaborés par la modernité chinoise mondialisée. Le vrai médecin agit par l’écrit sur l’esprit, non sur le corps ou la civilisation matérielle. Accorder la primauté au cœur sur le corps permet de fonder un projet de modernité, en métaphorisant la médecine importée.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

corps, Lu Xun

Index by keyword :

corps, Lu Xun
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Émergence d’un nouveau discours du corps en Chine
Configuration textuelle du corps chez Lu Xun
Le traumatisme moderne : à la recherche de la voix
Le corps décapité
Du corps sublimé au corps divisé
Le corps obstacle à la voix et à la vie
Le refus du corps : pour une autre modernité
Remède à la maladie : métaphoriser la science
dans le « Journal d’un fou »
Le corps victime de la lettre et de la Loi
Le corps malade de la culture
Techniques du corps, norme et morale
Le corps comme réalité sociale aliénante
Le corps comme lieu d’écriture de la Loi
La destruction de la représentation complice du corps
La cicatrice

Aperçu du début du texte

Émergence d’un nouveau discours du corps en Chine

Le corps de la « modernité mondialisée » (global modernity) fait en Chine l’objet d’un développement croissant suite à la défaite chinoise devant le Japon en 1895. C’est à ce moment que se mettent en place des représentations du corps comme élément constitutif d’une modernité devenue ensuite normative dans la Chine républicaine (1911-1949) : c’est « l’esthétique du corps » sublime (tipo meixue, aesthetics of corporeality), comme exaltation de la puissance, de la vitalité et de la force physique. Cette esthétique se matérialise dans les discours et politiques du « renforcement » et de la « militarisation » qui se succèdent en Chine, des années 1860 à la fin des années 1910, dans un contexte de valorisation progressive des armes et des valeurs martiales, aussi bien chez les réformistes que les révolutionnaires anti-mandchous, ou dans les mouvements du militarisme ou de la Nouvelle culture de la fin des Qing (1644-1911) et de la Républiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Vuilleumier, « Le corps souffrant chez Lu Xun : allégorie muette de l’obstacle et appropriation de la modernité », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/512

Haut de page

Auteur

Victor Vuilleumier

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes, professeur de langue et littérature japonaises à l’Inalco. Membre du Centre d’Études Japonaises (CEJ) et co-directeur de la « Collection Japon » aux éditions Les Belles Lettres. A publié Les Tourments du nom (Maison franco-japonaise, 1994), Littérature et génie national (Les Belles Lettres, 2005), ainsi qu’un choix de récits historiques de Mori Ôgai : Vengeance sur la Plaine du temple de Goji-in (Les Belles Lettres, 2008). A également dirigé ou codirigé plusieurs ouvrages collectifs : Le Japon après la guerre (Picquier, 2007, Routledge, 2011), La Famille japonaise moderne (Picquier, 2011), Drôles d’individus (Klincksieck, 2014).Alumnus of the École normale supérieure of Saint-Cloud, holder of the “Agrégation de Lettres modernes” (higher teacher’s diploma in Modern Literature), professor of Japanese Language and Literature at Inalco. Member of the Center for Japanese Studies (CEJ), he is the co-director of the “Japanese Collection” at Les Belles Lettres. He published The Torments of the Name (Maison franco-japonaise, 1994), Literature and National Essence (Les Belles Lettres, 2005), and translated an anthology of Mori Ôgai’s historical novels : The Revenge on the Plain of Goji-in Temple (Les Belles Lettres, 2008). He also edited or co-edited : Japan’s Postwar (Picquier 2007, Routledge 2011), The Modern Japanese Family (Picquier, 2011), Funny individuals (Klincksieck, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page