Navigation – Plan du site

Corps, maladie, écriture chez trois auteurs japonais du début du xxe siècle : Nakae Chômin, Masaoka Shiki, Natsume Sôseki

Body, Illness, and Writing by Three Japanese Authors at the Start of the 20th Century: Nakae Chômin, Masaoka Shiki, and Natsume Sôseki
エマニュエル・ロズラン。20世紀前半における身体、病、随筆 - 中江兆民、正岡子規、夏目漱石の場合。
Emmanuel Lozerand
p. 21-46

Résumés

L’étude s’attache à trois œuvres singulières publiées entre 1901 et 1911, élaborées à partir d’une situation de maladie. Nakae Chômin, atteint d’une tumeur cancéreuse à la gorge, se lance en toute hâte dans Un an et demi, la durée même du temps que les médecins lui accordent à vivre ; Masaoka Shiki, souffrant d’une tuberculose osseuse douloureuse et invalidante, donne jour après jour, au quotidien Nihon, Une goutte d’encre depuis son Lit de malade [de] six pieds de long ; Natsume Sôseki, rescapé d’une hémorragie gastrique, publie en feuilleton, dans le journal Asahi, Choses dont je me souviens pour garder la mémoire des sensations complexes qui furent les siennes dans les semaines écoulées. Tous trois refusent la métaphorisation de la douleur, qu’elle soit stigmatisation ou esthétisation, et inventent des écritures quasi humorales, pour ouvrir depuis leurs corps malades des fenêtres sur le monde.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Japon, corps, maladie

Index by keyword :

corps, Japon, maladie

Schlagwortindex :

corps, maladie, Japon

Indice de palabras clave :

corps, maladie, Japon
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Trois écrivains malades
Écrire la maladie
L’espace de la maladie
Le temps de la maladie
Corps malades, corps souffrants
Corps vivants : plaisirs et désirs

Aperçu du début du texte

En 1978, dans un ouvrage qui fit date, Susan Sontag dénonçait « l’encom­brant appareil de la métaphore » plaqué sur certaines maladies, comme le cancer. Deux ans plus tard, prolongeant cette analyse, Karatani Kôjin avançait qu’au Japon on n’avait jamais vu la maladie revêtir ce genre de signification, ou, plus exactement, qu’il avait fallu attendre la fin du xixe siècle pour que la tuberculose se charge de la signification nouvelle de témoigner explicitement d’une « nouvelle attitude par rapport au moi ». Un roman à succès de l’époque, Le Coucou (Hototogisu) de Tokutomi Roka, paru de 1898 à 1900, bornerait de manière exemplaire cette mutation des sensibilités, des discours et des consciences. Et il est bien certain en effet que toute une littérature de la tuberculose s’inscrit dans ce courant, avec des ouvrages comme Le vent se lève (Kaze tachinu) de Hori Tatsuo en 1936-1937 ou Histoire spirituelle du désespoir (Zetsubô no seishinshi) de Kaneko Mitsuharu en 1965.

Pour souligner la di...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Lozerand, « Corps, maladie, écriture chez trois auteurs japonais du début du xxe siècle : Nakae Chômin, Masaoka Shiki, Natsume Sôseki », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/481

Haut de page

Auteur

Emmanuel Lozerand

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes, professeur de langue et littérature japonaises à l’Inalco. Membre du Centre d’Études Japonaises (CEJ) et co-directeur de la « Collection Japon » aux éditions Les Belles Lettres. A publié Les Tourments du nom (Maison franco-japonaise, 1994), Littérature et génie national (Les Belles Lettres, 2005), ainsi qu’un choix de récits historiques de Mori Ôgai : Vengeance sur la Plaine du temple de Goji-in (Les Belles Lettres, 2008). A également dirigé ou codirigé plusieurs ouvrages collectifs : Le Japon après la guerre (Picquier, 2007, Routledge, 2011), La Famille japonaise moderne (Picquier, 2011), Drôles d’individus (Klincksieck, 2014).Alumnus of the École normale supérieure of Saint-Cloud, holder of the “Agrégation de Lettres modernes” (higher teacher’s diploma in Modern Literature), professor of Japanese Language and Literature at Inalco. Member of the Center for Japanese Studies (CEJ), he is the co-director of the “Japanese Collection” at Les Belles Lettres. He published The Torments of the Name (Maison franco-japonaise, 1994), Literature and National Essence (Les Belles Lettres, 2005), and translated an anthology of Mori Ôgai’s historical novels : The Revenge on the Plain of Goji-in Temple (Les Belles Lettres, 2008). He also edited or co-edited : Japan’s Postwar (Picquier 2007, Routledge 2011), The Modern Japanese Family (Picquier, 2011), Funny individuals (Klincksieck, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page