Navigation – Plan du site
III. Dans les tranchées de la modernité : guerre, histoire et identité

Écrire l’histoire vis-à-vis de la guerre : postures historiennes, conceptions et récits de l’histoire sous la République de Chine (1912-1949)

Historical Writing in Times of War: Historians, Conceptions and Narratives of History in Republican China
戰時歷史書寫:中國民國時期的史學家及歷史觀念和敘事
Damien Morier-Genoud
p. 170-206

Résumés

Dans sa visée générale, cet article se propose d’explorer le travail d’écriture de l’histoire en temps de guerre, ou plutôt la posture que les historiens adoptent vis-à-vis de la guerre, à la fois celle qu’ils étudient a posteriori et celle qu’ils vivent dans le moment du présent. En jetant l’éclairage sur le parcours et l’œuvre de certains historiens de l’ère républicaine en Chine (1912-1949), un moment de l’histoire chinoise dont le conflit sino-japonais (1937-1945) nous rappelle combien il fut violent, nous tentons d’examiner la manière dont la guerre infléchit la pratique historienne et les possibles mises en récit de l’expérience humaine qui lui sont sous-jacentes. Dans un regard inverse, il s’agit aussi de voir comment, dans le déploiement de la guerre, l’histoire peut, à sa manière, être enrôlée comme instrument de mobilisation sociale, comme récit de positionnement individuel et collectif, ou encore comme outil de légitimation de l’action politique dans le présent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

De la chute de l’empire à une conception nouvelle de l’histoire en Chine : Liang Qichao à l’épreuve de son temps
Du progrès triomphant au progrès décadent : la guerre dans le tournant de la pensée historiographique de Liang Qichao
Modernisation et révolution : la guerre des armes dans la guerre des récits de Jiang Tingfu et Fan Wenlan
De l’érudition désintéressée à l’étude engagée : Fu Sinian face à la guerre
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Comme les vagues de l’océan qui renaissent de leur échec même, c’est leur inconsistance qui les rend indestructibles. » C’est par cette belle image aux exhalaisons d’écume et de sel, et avec l’indignation qui le caractérise, que Simon Leys fustigeait ces soi-disant « experts » qui, une fois leurs salons parisiens retrouvés, expliquaient à leur petit monde les monts et merveilles d’une Chine maoïste dont ils n’avaient arpenté que les recoins les plus lisses. Les recoins les plus lisses ou les seules réalités édulcorées que le régime leur avait laissé voir. À goûter de plus près l’analogie maritime de notre sinologue, on est tenté de suggérer qu’elle pourrait presque tout aussi bien s’appliquer aux guerres qui n’ont eu de cesse de ravager l’humanité dans l’histoire. Car c’est bien de la défaite des guerres que renaissent les guerres, celles du moment, aussi identifiables qu’identiques. Alors toujours faut-il qu’après les souffrances et les blessures, les atrocités, l’horreur et la m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Morier-Genoud, « Écrire l’histoire vis-à-vis de la guerre : postures historiennes, conceptions et récits de l’histoire sous la République de Chine (1912-1949) », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/377 ; DOI : 10.4000/extremeorient.377

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page