Navigation – Plan du site
II. Stratégies et idéologie : les fondements militaires de la culture classique

Morale de la stratégie, stratégie de la morale : le débat chinois sur la guerre juste

Ethics in Strategy, Strategy in Ethics, the Chinese Debate on the Just War
戰略的道義,道義的戰略,中國義兵之爭
Jean Levi
p. 99-127

Résumés

Pour beaucoup de peuples la guerre est avant tout une fête, cruelle certes, mais fête tout de même. En Chine même, à l’époque des Shang et sous les Zhou occidentaux, la guerre constituait, avec la chasse, la principale activité de l’élite de la société. Pourtant, tous les traités militaires de l’époque ultérieure ont à cœur de stigmatiser la guerre : il faut écouter le concert de lamentations des généraux et stratèges sur le caractère destructeur de leur activité. Le caractère jugé néfaste de la guerre est l’expression, sur le plan de la pensée, de la mutation de la nature de la guerre et du statut du guerrier. Il témoigne du passage d’une société guerrière, ayant développé une mentalité héroïque, à un ordre militarisé véhiculant des valeurs civiles, lesquelles ne pouvaient coexister avec lui qu’en en travestissant sa véritable nature par le discours, alors même que toutes les institutions étaient conçues pour soutenir l’effort de guerre.
Si la guerre traduit une défaillance de la vertu civilisatrice du chef, elle s’avère aussi l’unique moyen d’assurer le retour à l’ordre et de garantir la justice. C’est ainsi que l’on voit s’esquisser dans les écrits politico-militaires une légitimation de la guerre juste (yi bing), qui, précisons-le, se doit de l’être doublement, dans ses buts comme dans ses moyens. Cette notion de guerre juste devient elle-même polémique quand les penseurs en précisent les modalités et les moyens. À compter qu’il existe une guerre juste et des objectifs justifiant le recours aux armes, on peut se demander si les moyens que celle-ci doit mettre en œuvre pour emporter la victoire, dans une certaine pratique stratégique élaborée à partir de l’expérience historique des ve-iiie siècles av. J.-C., n’en sapent pas d’entrée de jeu la légitimité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les armes sont des objets funestes
La double ambivalence de la guerre dans le discours chinois
La réversibilité du civil et du militaire
La guerre comme manifestation de la dégénérescence de la vertu et comme rempart contre celle-ci
Théories de la guerre juste
Procédures régulières et irrégulières
Le retournement stratégique de l’immoralité du mensonge et sa critique confucéenne
La sanction esthético-religieuse de la guerre juste

Aperçu du début du texte

Les armes sont des objets funestes

Fan Li, le conseiller du roi Goujian de Yue, tente de persuader son seigneur qui brûle d’en découdre avec son ennemi juré, le roi de Wu, de temporiser plutôt que de se lancer tête baissée dans une campagne qu’il augure désastreuse ; il aura recours à ces formules : « La bravoure militaire est une offense à la vertu, les armes sont des objets funestes, les conflits sont futiles ; qui offense la vertu par ses manigances et aime les engins de mort trouvera sa fin de la main même de celui qu’il aura commencé à agresser. Le Ciel réprouve les entreprises dictées par les débordements d’orgueil ; agir de la sorte ne peut que vous être préjudiciable. »

On comprend qu’un pacifiste ou qu’un conseiller hostile à une campagne militaire qu’il juge intempestive utilise ce genre d’arguments. Mais la formule n’est pas le propre des adversaires des opérations belliqueuses, elle fleurit sous la plume de tous les stratèges et experts militaires en une sorte de préambule...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Levi, « Morale de la stratégie, stratégie de la morale : le débat chinois sur la guerre juste », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/374 ; DOI : 10.4000/extremeorient.374

Haut de page

Auteur

Jean Levi

Jean Levi est sinologue, romancier, traducteur et essayiste. Ancien directeur de recherches au CNRS, il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages sur de nombreux aspects de l’histoire intellectuelle, religieuse, politique, littéraire et stratégique de la société chinoise. Parmi ses publications les plus récentes, on peut citer : Les Fables de Maître Lie (Liezi) (2014), Écrits de Maître Wen (2012), Réflexions chinoises. Lettrés, stratèges et excentriques de Chine (2011), Les 36 Stratagèmes. Manuel secret de l’art de la guerre (2007), Les Sept Traités de la guerre (2008).
Jean Levi is known as a sinologist, a novelist, a translator and a literary critic. A former “directeur de recherches” at the CNRS, he has authored about sixty books (essays, translations, monographs), dealing with several aspects of ancient Chinese society (ritual, political, philosophical and military). His recent publications include: Les Fables de Maître Lie (Liezi) ((2014), Écrits de Maître Wen (2012), Réflexions chinoises. Lettrés, stratèges et excentriques de Chine (2011), Les 36 Stratagèmes. Manuel secret de l’art de la guerre (2007), Les Sept traités de la guerre (2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page