Navigation – Plan du site
I. Imaginaires des foyers

Jean-Jacques Matignon’s Legacy on Russian Plague Research in North-East China and Inner Asia (1898-1910)

L’héritage de Jean-Jacques Matignon dans les recherches russes sur la peste dans le Nord-Est de la Chine et l’Asie centrale (1898-1910)
馬丁榮 (Jean-Jacques Matignon) 的鼠疫來源假說及其對俄國在中國東北和內亞鼠疫研究(1898-1910) 的影響
Christos Lynteris
p. 61-89

Résumés

Cet article analyse les retombées de l’Expédition de la Vallée de Selenga menée par le médecin français Jean-Jacques Matignon en 1896 sur les recherches russes autour de la peste bubonique dans la décennie précédant la grande peste de Mandchourie de 1910-1911. En s’attachant tout particulièrement à l’expédition de Danilo Kirilovich Zabolotny à Weichang (1898) et à celle d’Ivan Stepanovich Dudchenko-Kolbashenko en Mongolie et en Transbaikalia (1907-1908), il examine comment l’hypothèse exposée par Matignon, selon laquelle la peste n’est pas endémique dans la région mais importée depuis le Sud de la Chine par des « coolies », s’est trouvée imbriquée dans l’hypothèse russe d’une origine zoonotique de la peste, centrée sur les marmottes sibériennes (tarbagan), vectrices endémique de la maladie dans l’Asie centrale. Cet article étudie comment l’ethnographie médicale russe réussit à forger une hybridation entre ces deux hypothèses, mettant le Lamaïsme au cœur du modèle transrégional de la peste bubonique. Hybridation basée sur l’hypothèse erronée que les marmottes se nourrissent des cadavres des pèlerins et des commerçants, exposés à l’air libre, et que ce sont ainsi les humains qui infectent les marmottes et non l’inverse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Matignon’s expedition to Eastern Mongolia
Matignon’s international reception
Zabolotny’s expedition to Weichang
Dudchenko’s hybrid hypothesis
Conclusion

Aperçu du début du texte

Medical historical research on plague (Yersinia pestis) in Northeast China, or, to use the ethno-historically more relevant term, Manchuria, has witnessed a recent revival with many articles and one monograph published on the subject in the last ten years. All scholarly publications so far, including the ones by the author of this paper, have focused on the Manchurian plague epidemic of 1910-1911, a choice justified by the magnitude of the outbreak as a biopolitical and geopolitical event in the region. As a result, when it comes to examining perceptions of the cause of plague in Manchuria, historical research has focused on the zoonotic origins of the disease as propagated by Wu Liande, the leading Chinese epidemiologist at the time. However Wu’s writings on the subject were the final, and in many ways definitive, form of a long research trajectory that was initiated from across the Sino-Russian border in the 1890s. The zoonotic origin of plague in the region was problematised as e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christos Lynteris, « Jean-Jacques Matignon’s Legacy on Russian Plague Research in North-East China and Inner Asia (1898-1910) », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://extremeorient.revues.org/331 ; DOI : 10.4000/extremeorient.331

Haut de page

Auteur

Christos Lynteris

Christos Lynteris has received his MA and PhD in social anthropology at the University of St Andrews, and is currently senior research associate at the Centre for Research, Arts, Social Sciences and Humanities at the University of Cambridge. He is the principal investigator of the European Research Concil-funded 5-year project Visual Representations of the Third Plague Pandemic. He has published The Spirit of Selflessness in Maoist China: Socialist Medicine and the New Man (2012) and several articles on the history of plague in China.
Christos Lynteris a obtenu sa thèse de doctorat en anthropologie sociale à l’Université St Andrews. Il est actuellement chercheur au Centre pour la Recherche, les Arts, les Sciences Sociales et les Humanités à l’Université de Cambridge. Il est le porteur principal d’un projet ERC (European Research Council) de cinq ans : Visual Representations of the Third Plague Pandemic (2012). Il a publié The Spirit of Selflessness in Maoist China : Socialist Medicine and the New Man ainsi que plusieurs articles sur l’histoire de la peste en Chine.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page