Navigation – Plan du site
II. Overt and Covert Rhetoric against Ruling Elites

“Waiting for the Sages of Later Generations”: Is there a Rhetoric of Treason in the Shiji?

« En attendant les Sages à venir… » : à propos d’une rhétorique de la trahison dans les Mémoires historiques (Shiji) de Sima Qian
“俟­世聖人君子”:試論《史記》中的影射性修辭
Dorothee Schaab-Hanke
p. 111-140

Résumés

Cet article étudie cinq passages du Shiji dans lesquels l’auteur invite les sages et hommes de bien des générations futures à se référer aux données historiques qui y sont présentées. Ces cinq passages renvoient tous à un extrait spécifique du Gongyang zhuan, lequel expose l’enseignement dispensé par Confucius dans les Annales des Printemps et Automnes. Celles-ci font mention à la 14e année de règne du duc Ai de Lu de la capture d’une licorne, et le commentaire rapporte la réaction de Confucius à cet événement, qu’il aurait déchiffré comme un signe lui indiquant qu’il était désormais temps pour lui de se consacrer aux sages et aux hommes de bien des générations à venir.
Un examen approfondi des cinq chapitres du Shiji dans lesquels se trouve une allusion au Gongyang zhuan montre que tous évoquent des éléments associés au règne d’un sage. Or, de tels éléments sont eux-mêmes liés, directement ou indirectement, aux mesures prises par l’empereur Wu de la dynastie des Han (qui régna de 141 à 87 av. J.-C.), suggérant ainsi que ce dernier ne peut guère être considéré comme un sage souverain. Il est remarquable que dans ces cinq cas, les intentions de l’empereur Wu revêtent plus d’importance que ses actes eux-mêmes. Pourtant, et c’est ce que l’article s’entend à démontrer, le point de vue critique de l’historiographe constitue plus qu’un simple avertissement formulé à l’empereur dans l’espoir de le voir changer et devenir en fin de compte un sage souverain. À travers ses allusions aux Gongyang zhuan, l’historiographe prononce un jugement définitif sur l’empereur en s’adressant en réalité, à l’instar de Confucius, aux lecteurs des générations futures. Ce faisant, il encourt l’accusation de haute trahison, sans pour autant que ce risque l’ait empêché de remplir son devoir de « scribe accompli » (liangshi), qui consistait à composer un récit véridique (shilu).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. The relevant passage in the Gongyang zhuan and the five related passages in the Shiji
2. Closer analysis of the five Shiji passages in their context
2.1. Tracing the “first signs of transgression” in the early state of Qin
2.2. Criticizing Emperor Wu for his abolishment of so many fiefs
2.3. Assessing Emperor Wu’s “Performance” on Mount Tai
2.4. Storing the work away and devoting it to sages of later ages
2.5. Facets of the historiographer’s criticism—a brief synopsis
3. The temporal cesura that turns criticism into “treason”
4. Inconsistencies in the author’s attitude towards Emperor Wu
5. Some final suggestions regarding the “traitor’s” identity

Aperçu du début du texte

Introduction

While allusions per se are, of course, legion in the text of the Shiji (“The Scribe’s Record”), a comprehensive historiographical work finalized around 86 bce, the case example to be adduced here seems to be of particular interest in the context of the focus on “rhetoric as a political tool.” As will be argued, the use of this allusion reveals much about the attitude of the Shiji’s two authors, or at least of one of them, towards Emperor Wu (r. 141-87), the emperor under which Sima Tan (?-110) and his son, Sima Qian (ca 145-ca 86), served successively in the position of “Director the Grand Scribe” (taishi ling).

All five passages where that allusion occurs have in common that they refer to one specific passage of the Gongyang zhuan, one of the three earliest transmitted texts commenting or, to put it more precisely, interpreting the “Spring and Autumn” Annals (Chunqiu), a terse chronicle of the state of Lu, spanning the years from 722 to 481, the so-called Spring and Autu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorothee Schaab-Hanke, « “Waiting for the Sages of Later Generations”: Is there a Rhetoric of Treason in the Shiji? », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://extremeorient.revues.org/256

Haut de page

Auteur

Dorothee Schaab-Hanke

Dorothee Schaab-Hanke was born in 1962; studied sinology at the University of Hamburg; Master degree (1989), PhD dissertation (1993) and habilitation (2004) in Hamburg; from 1996 to 2002 Assisting Professor in Hamburg; teaching experience at several universities in Germany and abroad; one of her major fields of research is the historiography of Han times and especially that of the Shiji.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page